Les 80 films les plus attendus de 2023, au cinéma et en streaming [preview]

De Dune aux Trois mousquetaires, en passant par John Wick 4, Barbie, Oppenheimer, Maestro, Super Mario Bros. ou le nouveau Robin Campillo, voici les films qui animeront l’année cinéma 2023.

Terrifier 2 – le 11 janvier

Un clown psychopathe et un jusqu’au-boutisme gore affolant : pas besoin d’avoir vu le premier Terrifier pour s’intéresser à cette suite en forme de farce sanguinolente (succès surprise aux États-Unis), qui paye son hommage aux Griffes de la nuit et à Evil Dead 2.

Babylon de Damien Chazelle – le 18 janvier

La naissance de Hollywood racontée par le réalisateur de La La Land ? Trois heures de fêtes, d’orgies et de démesure, rythmées par le jazz fou de Justin Hurwitz ? Babylon sera sans aucun doute l’un des films les plus fous de l’année 2023 !

Tàr de Todd Field – le 25 janvier

Le portrait d’une cheffe d’orchestre abusant de son pouvoir, interprétée par une Cate Blanchett en état de grâce : l’actrice a reçu le Prix d’interprétation féminine à la dernière Mostra de Venise, et paraît bien placée dans la course aux Oscars. Derrière la caméra : Todd Field, 16 ans (!) après Little Children, signe l’un des films américains les plus singuliers de la saison.

You People de Kenya Barris – le 27 janvier sur Netflix 

Une comédie avec Jonah Hill en gendre d’Eddie Murphy, et le créateur de la géniale série Black-ish à la réalisation de son premier long-métrage ? Où est-ce qu’on signe ? C’est exactement ce qu’a fait Netflix, séduit par ce film au pitch qui évoque le passage de 22 Jump Street où Jonah Hill a une histoire avec la fille d’Ice Cube. On est déjà fans. 

Astérix et Obélix : L’empire du milieu de Guillaume Canet – le 1er février

Tout le cinéma français ou presque sera dans la version Guillaume Canet des aventures du petit Gaulois, aux côtés de Gilles Lellouche. Il s’agira cette fois d’aller sauver l’Impératrice de Chine, tandis que César (joué par Vincent Cassel) tournera son oeil vers l’Asie…

 

Knock at the Cabin de M. Night Shyamalan – le 1er février

“Toc, toc.” Le réalisateur d’Old est déjà de retour avec ce film de “home invasion” à la jolie distribution (Dave Bautista, Rupert Grint, Jonathan Groff…). Comment Shyamalan va-t-il nous faire peur, ce coup-ci ? Réponse dans un mois – à condition de lui ouvrir la porte.

Magic Mike 3 de Steven Soderbergh – le 10 février

Ce sera la dernière danse de Channing Tatum. Pour la troisième et dernière fois, Steven Soderbergh va mettre en scène les aventures du strip-teaseur, qui tombera finalement amoureux de Salma Hayek…

The Fabelmans de Steven Spielberg – le 22 février

Sans aucun doute le film le plus personnel du cinéaste. À 76 ans, Steven Spielberg raconte son enfance dans un conte semi-autobiographique sur un jeune garçon qui rêve de devenir réalisateur. Avec Michelle Williams et Paul Dano dans les rôles de ses parents.

The Son de Florian Zeller – le 1er mars

Après The Father et son Oscar, le réalisateur français Florian Zeller poursuit à Hollywood avec cette nouvelle adaptation d’une de ses pièces (Le Fils). Cette fois, Hugh Jackman incarne un père dépassé par la détresse psychologique de son fils adolescent.

 

Empire of Light de Sam Mendes – le 1er mars

Le grand retour de Sam Mendes. Quatre ans après son épopée 1917, le réalisateur britannique dirige Olivia Colman dans une grande histoire d’amour qui se déroule dans et autour d’un magnifique vieux cinéma de la côte sud de l’Angleterre.

Creed III de Michael B. Jordan – le 1er mars

Michael B. Jordan reprend la franchise Rocky à son compte (au grand dam de Sylvester Stallone) et se met en scène pour sa toute première réalisation. Il reviendra jouer Adonis Creed, qui n’a plus rien à prouver, jusqu’à ce que son ami d’enfance, Damian, prodige de la boxe lui aussi, revienne dans sa vie en sortant de prison.

The Whale de Darren Aronofsky – le 8 mars

Darren Aronofsky signe un drama puissant sur un père obèse, enfermé chez lui et qui enseigne la littérature à distance, tout en essayant de renouer avec sa fille. La performance de Brendan Fraser, à elle seule, vaudra le déplacement.

Mon crime de François Ozon – le 8 mars

Deux des favorites du prochain César de la révélation féminine, Nadia Tereszkiewicz et Rebecca Marder, seront en haut de l’affiche (en compagnie d’Isabelle Huppert, Dany Boon, Fabrice Luchini…) du nouveau Ozon, librement adapté d’une pièce de Georges Berr et Louis Verneuil. L’histoire, dans les années 30 à Paris, d’une jeune et jolie actrice sans le sou et sans talent, accusée du meurtre d’un célèbre producteur et acquittée grâce sa meilleure amie, avocate au chômage et entamant une vie de gloire et de paillettes avant que la vérité ne la rattrape. 

Mon Crime : François Ozon dévoile une première image avec Nadia Tereszkiewicz et Rebecca Marder
Gaumont

Scream VI de Matt Bettinelli-Olpin et Tyler Gillett – le 8 mars

Ghostface n’a pas fini de tuer. Après que les héros du dernier opus ont choisi de quitter Woodsboro, pour refaire leurs vies à New York, ils vont vite réaliser que l’assassin les a suivi sur la côte est… Le tout premier Scream sans Neve Campbell, mais avec Jenna Ortega, superstar de Mercredi.

Women talking de Sarah Polley – le 8 mars

2023 marquera le retour derrière la caméra de Sarah Polley dans cette adaptation d’un roman de Miriam Toews (Ce qu’elles disent) mettant en scène un groupe de femmes mennonites devant prendre une décision essentielle pour leur futur suite à une série d’agressions sexuelles commises par les hommes de leur communauté. Un passionnant film post #Metoo au casting quatre étoiles (Rooney Mara, Claire Foy, Jessie Buckley, Frances McDormand…) qui devrait valoir à la réalisatrice-scénariste sa deuxième nomination aux Oscars après celle pour Loin d’elle.

Cocaine Bear (Crazy Bear) d’Elisabeth Banks – le 15 mars

L’un des ovnis de l’année : en 1985, un ours brun sauvage s’enfile un paquet de coke balancé depuis un avion de trafiquants… Totalement shooté, il va alors faire un massacre. L’adaptation loufoque d’une histoire vraie, signée Elizabeth Banks.

65 – La Terre d’avant de Scott Beck et Bryan Woods – le 15 mars

Film surprise dont personne n’avait entendu parler il y a quelques semaines encore, 65 mettra en scène Adam Driver en pilote du futur, qui échoue sur une planète inconnue. Twist : il s’agit en fait de la Terre il y a 65 millions d’années. Accompagné par une gamine, il doit survivre face aux dinosaures. Tellement absurde que ça pourrait être bien.

 

John Wick: Chapitre 4 de Chad Stahelski : le 22 mars

Qui aurait parié, après la sortie du premier film en 2014, que John Wick allait devenir une franchise d’action d’une telle ampleur ? En attendant le spin-off Ballerina, avec Ana de Armas, et un éventuel chapitre 5 qui pourrait boucler les aventures du célèbre tueur à gages, Keanu Reeves va encore flinguer à tout va dans John Wick 4, toujours réalisé par Chad Stahelski, celui qui le doublait dans la trilogie Matrix. Et on en redemande !

Shazam! La Rage des dieux de David F. Sandberg – le 22 mars

Le retour du super-héros le plus insouciant de chez DC, cette fois entouré de sa « Shazam Family ». Zachary Levi rempile dans le rôle principal, pour faire face à des dieux qui (eux) ne rigolent pas du tout.

Je verrai toujours vos visages de Jeanne Herry – le 29 mars

Quatre ans après le merveilleux Pupille, Jeanne Herry est de retour pour un nouveau film choral au casting de feu (Leïla Bekhti, Adèle Exarchopoulos, Dali Benssalah, Gilles Lellouche, Elodie Bouchez…). Et après le monde de l’adoption, la réalisatrice s’intéresse cette fois-ci à la justice restaurative qui offre, depuis 2014, un cadre pour que se rencontrent et dialoguent victimes et auteurs d’infraction, en vue de construire ensemble une éventuelle réparation. 

Super Mario Bros. le film d’Aaron Horvath et Michael Jelenic – le 29 mars

Nintendo, d’habitude control freak sur ses licences, semble avoir lâché du lest. Illumination (Moi, moche et méchant) prend en charge le plombier à moustache dans un film d’animation qui ne semble pas épargner la mascotte et son univers.

 

Donjons & Dragons : l’honneur des voleurs de Jonathan Goldstein et John Francis Daley – le 12 avril

Icône de la fantasy avec son jeu de plateau emblématique, D&D a droit à une nouvelle chance au ciné, 23 ans après le film catastrophique avec Jeremy Irons. Cette fois, c’est Chris Pine et Regé-Jean Page qui auront pour mission de mener la bataille !

Suzume de Makoto Shinkai – le 12 avril

En 2016, son film d’animation Your Name avait ému le monde entier. 7 ans plus tard, cette nouvelle histoire d’adolescente plongée dans un monde fantastique a tout pour combler à nouveau le public. Pas de changement de corps, cette fois, il est question d’ouverture de portes cachant de sombres dangers.

Evil Dead Rise – le 19 avril

Exit Sam Raimi et Bruce Campbell. La saga Evil Dead renaît de ses cendres dans une nouvelle version plus moderne, portée par deux sœurs (Alyssa Sutherland et Lily Sullivan) qui feront face à une invasion de démons mangeurs de chair. Cette fois, Ash Williams et sa tronçonneuse resteront à l’écart.

La Vie pour de vrai de Dany Boon – le 19 avril

Partenaires le temps d’un sketch d’Ils sont partoutl, Dany Boon et Charlotte Gainsbourg se retrouvent pour le 8ème long métrage du réalisateur de Bienvenue chez les Ch’tis. De retour sur grand écran après un passage par Netflix (8, rue de l’humanité), celui- ci incarne un quinqua aussi naïf qu’encombrant qui décide, après une vie entière passée dans le Club Med du Mexique où il est né, de rentrer en France tenter de retrouver son amour d’enfance. Avec un festival de quiproquos à la clé.

Les Trois mousquetaires – d’Artagnan et Les Trois mousquetaires – Milady de Martin Bourboulon – les 25 avril et 13 décembre

On triche un peu, puisqu’un diptyque se cache dans ce même projet : découpée en deux films, cette adaptation de l’oeuvre de Dumas s’annonce épique à souhait, et portée par casting européen populaire : Eva Green, Romain Duris, Vincent Cassel, Vicky Krieps, Lyna Khoudri… “Tous pour un…”

 

Les Gardiens de la Galaxie 3 de James Gunn – le 3 mai

Ultime volet de la trilogie – de la franchise ? – par James Gunn, qui s’intéressera à la fois au passé tragique de Rocket et à la Gamora venue d’un univers parallèle (qui ne se souvient pas des Gardiens). Sortez les mouchoirs en même temps que le pop corn.

Fast X de Louis Leterrier – le 17 mai

Le Frenchie Louis Leterrier reprend en main la “famille” pour ce nouvel (et avant-dernier) opus des aventures motorisées de Dom Toretto, qui fera toujours face à Charlize Theron. Vin Diesel ne peut plus compter sur Dwayne Johnson, alors il a embauché Jason Momoa pour l’épauler.

La Petite Sirène de Rob Marshall – le 24 mai

Vivre sur terre… loin de la mer… partir là-baaaas.” Pour cette version live du classique animé de Disney de 1989, Halle Bailey (Let it Shine) incarnera Ariel devant la caméra de Rob Marshall, qui avait redonné toute sa magie à Mary Poppins fin 2018. Alors, prêts pour un nouveau plongeon sous l’océan ?

Renfield de Chris McKay – le 31 mai

Nicolas Cage en Dracula, on a forcément envie de voir ça ! Nicholas Hoult (Fury Road) jouera son fidèle serviteur, R.M. Renfield, qui donne son titre au film, pour le réalisateur de Lego Batman.

Spider-Man : Across The Spider-Verse – le 31 mai

La suite tant attendue de Spider-Man : New Generation verra revenir Miles Morales, cette fois propulsé dans le multivers. Encore plus de « Spider People », de styles d’animation (six en tout) et d’expérimentation graphiques. Ainsi qu’un méchant redoutable, capable de créer des portails interdimensionnels.

 

Transformers : Rise of the Beasts de Steven Caple Jr. – le 7 juin

La saga tirée des célèbres jouets se poursuit sans Michael Bay. Après le mignon Bumblebee, de Travis Knight (2018), très inspiré par les films pour ados des années 1980, c’est Steven Caple Jr. (Creed II) qui arrive aux commandes de Transformers pour cet opus se déroulant dans la décennie suivante, qui mettra en scène les Maximals, des animaux aussi géants que les camions/autos transformables.

The Flash d’Andy Muschietti – le 14 juin

On ne sait pas vraiment comment il va s’insérer dans le nouveau DC Universe en cours de conception, mais le retour d’Ezra Miller en Barry Allen est attendu de longue date par les fans. De très, très longue date…

Asteroid City de Wes Anderson – le 21 juin

Le prochain Wes Anderson, co-signé avec Roman Coppola, réunira quelques-uns des ses acteurs habituels (Tilda Swinton, Adrien Brody…) mais aussi de nouvelles stars (Tom Hanks, Margot Robbie). Il nous emmènera dans une ville américaine fictive située dans le désert, en 1955, au cours d’une compétition de savants.

Elémentaire de Peter Sohn – le 21 juin

Retour au film d’animation “high concept” pour Pixar, qui, après avoir mis en scène des émotions dans Vice Versa, donnera vie ici aux éléments : l’eau, le feu, la terre et l’air personnifiés… et pourquoi pas tombant amoureux malgré leurs différences ? 

Indiana Jones et le Cadran de la destinée de James Mangold – le 28 juin

James Mangold est derrière la caméra pour ce cinquième volet de la franchise, le chant du cygne d’Harrison Ford. L’intrigue revisitera le passé de Jones (et l’affublera d’une filleule jouée par l’excellente Phoebe Waller-Bridge) pour le mettre aux prises avec un nazi incarné par Mads Mikkelsen.

 

Mission : Impossible – Dead Reckoning partie 1 – le 12 juillet

Le 7ème opus de la saga Mission : Impossible sera un épisode un peu à part. Déjà parce que c’est le premier volet d’un diptyque (la deuxième partie de Dead Reckoning est déjà annoncée pour l’été 2024), soit un dispositif inédit dans l’histoire de la franchise. Ensuite, parce que Tom Cruise reviendra dans la peau d’Ethan Hunt auréolé du triomphe de Top Gun : Maverick, qui a renforcé encore un peu plus son statut de légende vivante. Il y aura bien sûr des cascades et de scènes d’action toutes plus dingos les unes que les autres, mais le réalisateur Christopher McQuarrie promet également un film « émotionnellement chargé », jouant sur le passé de Ethan Hunt et la mythologie d’une des sagas les plus excitantes des trente dernières années.

Oppenheimer de Christopher Nolan – le 19 juillet

Le destin du père de la Bombe atomique raconté par le créateur d’Interstellar, cela a tout du thriller haletant ! Des premiers tests à l’horreur de la guerre, Nolan veut reconstituer précisément la vie exceptionnelle du scientifique, qui a tant impacté l’histoire de l’humanité.

Barbie de Greta Gerwig – le 19 juillet

Greta Gerwig s’attaque à la poupée mythique, avec Margot Robbie et Ryan Gosling dans les rôles de Barbie et Ken. Assurément le projet le plus dingue de l’année, et une comédie extrêmement prometteuse.

 

The Marvels de Nia DaCosta – le 26 juillet

Captain Marvel is back, mais ses pouvoirs déconnent : elle doit désormais les partager avec Kamala Khan – alias Miss Marvel – mais aussi avec sa nièce, Monica Rambeau. Un bordel cosmique réalisé par Nia DaCosta, qui a signé le reboot de Candyman en 2021.

Ninja Turtles : Teenage Years de Jeff Rowe et Kyler Spears – le 9 août

Les tortues sont de retour dans un nouveau film d’animation signé Jeff Rowe (co-réalisateur des Mitchell contre les machines) et Kyler Spears, et produit par l’infernal duo Evan Goldberg/Seth Rogen. Comme le titre l’indique, on retrouvera les héros amateurs de pizzas durant leur adolescence. Alléchant.

Un Métier sérieux – le 13 septembre

Après Hippocrate et Première Année, le médecin devenu réalisateur retrouve Vincent Lacoste dans un casting “all stars” qui réunit ses acteurs et actrices fétiches, de Louise Bourgoin à François Cluzet en passant par William Lebghil.

Acide de Just Philippot- le 20 septembre

On attend forcément avec envie et curiosité le deuxième long métrage de Just Philippot, révélé par La Nuée, où il passera de nouveau par le prisme du genre pour parler d’écologie. En l’occurrence des pluies acides qui s’abattent sur la France, catastrophe climatique contre laquelle va notamment devoir lutter un couple fracturé (Guillaume Canet et Laetitia Dosch) et leur fille de 15 ans.

Next Goal Wins de Taika Waititi – septembre 

Tourné depuis longtemps mais mis en sommeil par la pandémie, Next Goal Wins (daté au 22 septembre aux Etats-Unis) racontera l’histoire vraie de l’entraîneur néerlandais Thomas Rongen, chargé de faire progresser l’équipe de football des Samoa américaines, qui a perdu 31-0 face à l’Australie lors des éliminatoires de la Coupe du monde 2002. Au casting, Michael Fassbender, Elisabeth Moss, Oscar Kightley ou Will Arnett.

Michael Fassbender dans Next Goal Wins
Searchlight pictures

Visions de Yann Gozlan – le 27 septembre

Estelle, une commandant de bord long courrier, voit sa vie basculer dans l’irrationnel quand elle recroise la route d’Ana, une photographe avec qui elle a eu une relation passionnée vingt ans plus tôt… Yann Gozlan, le réalisateur acclamé de Boîte Noire, met en scène Diane Kruger, Marta Nieto et Mathieu Kassovitz dans ce qui s’annonce comme l’un des thrillers français les plus intrigants de l’année.

Kraven le chasseur de J.C. Chandor – le 4 octobre

Aaron Taylor-Johnson se glisse dans la peau de Kraven le chasseur, redoutable ennemi de Spider-Man dans les comics. À la manière de Venom, le personnage ne croisera pas le Tisseur (toujours réservé au MCU) mais faisons confiance à J.C. Chandor (All is Lost, A Most Violent Year) pour nous concocter un film qui détonne.

Le règne animal de Thomas Cailley – le 4 octobre

Près de dix ans après Les Combattants, son très remarqué premier long-métrage, Thomas Cailley revient avec un film d’horreur qui s’intéresse aux mutations de l’homme vers l’animal. Dans ce monde futuriste, les « monstres » sont parqués dans des centres spécialisés où ils sont soignés. Malheureusement suite à l’accident d’un convoi, des créatures s’échappent, provoquant un possible chaos. Le casting réunit Adèle Exarchopoulos, Romain Duris et Paul Kircher, vu récemment dans Le Lycéen de Christophe Honoré. 

The Exorcist de David Gordon Green – le 11 octobre

Après Halloween, David Gordon Green s’attaque à la saga de L’Exorciste. Sous-titré Sequel Trilogy part 1, le projet s’annonce donc au long cours. Le film reprend la trame du roman de William Peter Blatty et ramène l’actrice Ellen Burstyn qui incarnait Chris MacNiel, la mère de Linda Blair dans le premier volet signé William Friedkin qui souffle cette année ses 50 bougies.

Second tour d’Albert Dupontel – le 25 octobre

Trois ans après le triomphe d’Adieu les cons, Dupontel engage Cécile de France, Nicolas Marié et lui-même pour une satire du monde politique. Avec le réalisateur des survoltés Bernie ou de 9 mois ferme aux commandes, ça promet… 

Dune, deuxième partie, de Denis Villeneuve – le 1er novembre

Un an après un premier volet impressionnant, on a très hâte de retourner sur Arrakis pour retrouver Timothée Chalamet, Rebecca Ferguson et Zendaya, et découvrir les nouvelles têtes du casting (Florence Pugh, Austin Butler, Léa Seydoux…). Un film aussi attendu qu’une cargaison d’épice par les fans du roman de Frank Herbert et de SF en général. 

L’Abbé Pierre – Une vie de combats de Frédéric Tellier – le 9 novembre

Après André Reybaz (Les Chiffonniers d’Emmaüs en 1955) et Lambert Wilson (Hiver 54, l’Abbé Pierre en 1989), c’est au tour de Benjamin Lavernhe de relever le défi d’incarner l’Abbé Pierre sous la direction du réalisateur de Goliath qui ambitionne ici de raconter ses milles vies : résistant, député, défenseur des sans- abris… L’homme derrière la légende.

L'abbé Pierre
WY Productions / SND / Jérôme Prébois

Hunger Games : la Ballade du serpent et de l’oiseau chanteur de Francis Lawrence – le 15 novembre

Francis Lawrence, aux commandes des Hungers Games depuis L’Embrasement en 2013, revient pour ce préquel consacré au jeune Coriolanus Snow (Tom Blyth succède à Donald Sutherland) et à une nouvelle tribut, Lucy Gray Baird. Elle sera jouée par Rachel Zegler, la révélation du West Side Story de Spielberg. 

Wonka de Paul King – le 13 décembre

Si vous aimez ses Paddington autant que nous, vous attendez forcément ce préquel de Charlie et la chocolaterie comme le cadeau de Noël enchanteur de 2023. Paul King promet une version familiale de l’univers déjanté de Roald Dahl en comédie musicale, avec Timothée Chalamet en Wonka.

Timothée Chalamet dévoile son costume de Wonka
Warner Bros

Aquaman et le Royaume perdu de James Wan – le 20 décembre

Le DCEU étant en pleine transformation, cette suite d’Aquaman devrait marquer les adieux de Jason Momoa au rôle d’Arthur Curry, le roi des Atlantes. Mais étant très populaire auprès du public et de ses patrons, il pourrait ensuite revenir très vite dans une autre super-production. Pour incarner le violent Lobo, par exemple ? 

Ghostbusters 5 de Gil Kenan – le 27 décembre 

Le co-scénariste de Ghostbusters : L’Héritage prend la suite de Jason Reitman pour ce nouveau volet qui verra revenir Mckenna Grace, Paul Rudd, Carrie Coon et Finn Wolfhard. La franchise en a-t-elle encore dans le ventre ?

L’Amour et les forêts de Valérie Donzelli – sans date

Valérie Donzelli porte à l’écran – avec la complicité d’Audrey Diwan à l’écriture- le superbe roman d’Eric Reinhardt, Prix Renaudot des Lycéens en 2014, récit poignant d’une émancipation féminine, portrait d’une femme tentant de se libérer de l’emprise d’un mari possessif et dangereux. Un couple incarné par Virginie Efira et Melvil Poupaud, pour leur deuxième collaboration 7 ans après Victoria.

Rebel Moon de Zack Snyder – sans date (sur Netflix)

Le grand retour de Zack Snyder, qui signe une énorme épopée de science-fiction, se déroulant aux confins de la galaxie, au sein d’une colonie humaine menacée par les armées du tyrannique Balisarius. Avec Charlie Hunnam en héros.

Rebel moon - djimon hounsou
Netflix

Argylle de Matthew Vaughn – sans date (sur Apple TV+)

S’il a dit adieu aux rôles de The Witcher et de Man of Steel cette année (il reviendra tout de même dans la saison 3 de la série de Netflix), Henry Cavill est attendu en espion chez le papa de Kingsman. Un rôle à la James Bond qui devrait aller comme un gant au comédien britannique !

A Good Person de Zach Braff – sans date

L’acteur-réalisateur de Garden State revient avec un nouveau film doux-amer, dont il offre les premiers rôles à deux stars qu’il connaît bien : sa compagne Florence Pugh joue une jeune femme profondément marquée par un accident mortel, qui va retrouver le goût de vivre grâce aux bons conseils de son beau-père, Morgan Freeman (déjà dans Braquage à l’ancienne, en 2017).

La Bête de Bertrand Bonello – sans date

Initialement prévu avec Gaspard Ulliel, tragiquement décédé d’un accident de ski en janvier 2022, c’est finalement le britannique George MacKay (Pride1917…) qui donnera la réplique à Léa Seydoux dans ce qui s’annonce comme un mélodrame d’anticipation. Bertrand Bonello imagine ici un monde où les émotions considérées comme des menaces sont réprimées. Gabrielle (Seydoux) décide ainsi de purifier son ADN. Elle va toutefois rencontrer un jeune homme (MacKay) et se sentir irrésistiblement attirée par lui. Bertrand Bonello est un adepte des atmosphères étranges flirtant avec le fantastique. C’était déjà le cas dans Zombi Child ou le récent Coma, film hybride en forme de plongée dans la psyché d’une adolescente.

Poor Things de Yórgos Lánthimos – sans date

Yórgos Lánthimos (The Lobster, La Favorite) adapte le roman d’Alasdair Gray et réunit Emma Stone, Willem Dafoe et Mark Ruffalo. L’histoire ? Une femme se noie en tenter d’échapper à son mari violent, et son cerveau est remplacé par celui de son enfant à naître. Allez, on a déjà réservé notre place.

Le Livre des solutions de Michel Gondry – sans date 

Après un détour à la télévision avec Kidding, une série donnant un rôle génial à Jim Carrey, le réalisateur d’Eternal Sunshine of a Spotless Mind engage son filleul des César, Pierre Niney, pour raconter la vie d’un cinéaste cherchant à vaincre tout ce qui peut nuire à sa créativité.

Jeanne du Barry de Maïwenn – sans date (Netflix)

Dans la foulée de son procès hyper médiatisé avec Amber Heard, Johnny Depp était en France cet été pour tourner dans le nouveau Maïwenn, où il jouera Louis XV dans la langue de Molière ! Un étonnant projet, au caractère sulfureux renforcé par les rumeurs sur l’ambiance délétère qui aurait régné sur le plateau. C’est donc avec une curiosité un peu malsaine qu’on attend ce film historique sur la célèbre courtisane Jeanne du Barry (campée par la réalisatrice), où l’on croisera aussi Benjamin Lavernhe, Melvil Poupaud, Pierre Richard ou encore Noémie Lvovsky…

MaXXXine de Ti West – sans date

Après les événements de X, Maxime (Mia Goth) tente de devenir actrice dans le Los Angeles des années 80. Le dernier volet de la trilogie de Ti West – le préquel Pearl est encore inédit chez nous – reste pour l’instant un mystère au-delà de son tout petit synopsis, mais le titre MaXXXine laisse espérer un film d’horreur XXXL.

The Way of the Wind de Terrence Malick – sans date

Le verra-t-on vraiment en 2023, ce film-ci ? Malick étant Malick, on pourrait tout aussi bien le découvrir en 2033. Mais la rumeur affirme qu’il approche… En montage depuis trois ans, The Way of the Wind s’annonce comme le grand film biblique de l’auteur de The Tree of Life, avec Adam Nagaitis en Jésus, Matthias Schoenaerts en Saint Pierre et Mark Rylance en Satan.

Showing Up de Kelly Reichardt – sans date

Après le génial First Cow, encensé un peu partout comme son chef-d’œuvre, Kelly Reichardt redescend en douceur avec ce portrait d’une artiste qui tente de préparer sa prochaine expo, au milieu du chaos de sa vie quotidienne. Montré au dernier festival de Cannes, l’autoportrait d’une grande cinéaste américaine en créatrice insatisfaite.

Maestro de Bradley Cooper – sans date (sur Netflix) 

Après avoir ressuscité West Side Story, Steven Spielberg continue sa fixette sur Leonard Bernstein en produisant ce biopic du compositeur, musicien et chef d’orchestre, qui sera réalisé et interprété par Bradley Cooper – dont on connaît le talent pour les films musicaux depuis A Star Is Born, sa première réalisation. D’ores et déjà un chouchou des Oscars 2024.

Maestro : premières images de Bradley Cooper en Leonard Bernstein
Netflix

Comment vivez-vous ? de Hayao Miyazaki – sans date

Il aura fallu patienter une décennie depuis son chef-d’oeuvre Le Vent se lève, mais ça y est, c’est sûr, le nouveau film du maître de l’animation japonaise sortira à l’été 2023. Il n’a pas encore de date exacte en France, mais on sait déjà qu’il y racontera l’évolution psychologique d’un ado.

Limonov, The Ballad of Eddie de Kirill Serebrennikov – sans date

Si vous avez vibré à la lecture de Limonov, d’Emmanuel Carrère, gros succès en librairies en 2011, cette version du réalisateur de Leto et de La Fièvre de Petrov devrait être aussi intense que la vie bien remplie de l’écrivain et homme politique russe disparu en 2020.

Anatomie d’une chute de Justine Triet – sans date

Après La bataille de SolférinoVictoria ou encore Sibyl, Justine Triet s’attaque cette fois à un thriller sans pour autant délaisser son exploration du couple. Dans Anatomie d’une chute co-écrit avec Arthur Harari (Onoda…), une famille se retrouve au cœur d’un drame après la mort suspecte de Samuel (Swann Arlaud). Ce dernier était marié à Sandra (l’actrice allemande, Sandra Hüller) avec qui il avait un enfant non-voyant de 11 ans. L’enquête écarte peu à peu la thèse du suicide pour celle du meurtre. Sandra devient la principale suspecte et son fils, l’unique témoin. Dès lors, la vie du couple sera passée au crible. 

The Killer de David Fincher – sans date (sur Netflix) 

Passé maître en histoires de serial killers (Seven, Zodiac…), Fincher embauche Michael Fassbender pour jouer un assassin sans remords commençant à se découvrir une conscience – d’après une BD d’Alexis Nolent. Pour un thriller glaçant tourné en partie à Paris.

 

Peter Pan and Wendy de David Lowery – sans date (sur Disney+)

Peter et Wendy, c’était le film le plus important que je pouvais tourner à ce moment-là de ma vie. Vraiment“, nous confiait David Lowery en début d’année. Deuxième adaptation Disney – après Peter et Elliot le dragon – pour le réalisateur surdoué (A Ghost Story, The Old Man and the Gun). Forcément un événement.

Emilia Perez de Jacques Audiard – sans date

Jamais là où on l’attend, le réalisateur d’Un prophète nous concocte une comédie musicale chez les narcotrafiquants pour son prochain film, Emilia Perez : l’histoire d’un baron de la drogue à la retraite qui veut changer de vie et de sexe. Tourné au Mexique en langue espagnole et composé par la chanteuse Camille (avec son compagnon Clément Ducol), ce projet “un peu dingue” (dixit Audiard dans Télérama) mettra en scène Zoe Saldana, Selena Gomez et l’actrice transgenre Karla Sofía Gascón dans le rôle principal.

Les Blancs de Robin Campillo – sans date

Madagascar, au tournant des années 1960 et des années 1970. Sur une base aérienne de l’armée française, les militaires vivent les dernières années insouciantes du colonialisme. Influencé par ses lectures de Fantômette, Thomas, un enfant qui n’a pas encore 10 ans, se forge progressivement un regard sur le monde qui l’entoure…” Voilà pour le pitch officiel du prochain Robin Campillo, que le cinéaste a co-écrit avec Gilles Marchand, et qui sera notamment interprété par Nadia Tereszkiewicz (Les Amandiers). Sept ans après 120 battements par minute, un passage par la Croisette au mois de mai paraît carrément envisageable.

Killers of the flower moon de Martin Scorsese – sans date (Apple TV+) 

Martin Scorsese et Leonardo DiCaprio sont inséparables ! Killers of the flower moon, leur sixième collaboration, n’a pas encore de date, mais on spécule sur une sortie autour du Festival de Cannes, où le film pourrait être présenté. Robert De Niro, Lily Gladstone et Jesse Plemons seront également à l’affiche de ce thriller se déroulant dans les années 1920 au sein d’une communauté d’Amérindiens de l’Oklahoma.

Killers of the Flower Moon
Apple

L’Empire de Bruno Dumont – sans date

Bruno Dumont contre-attaque. L’Empire s’annonce comme un délire SF de grande ampleur, avec ces chevaliers d’empire interplanétaires surgissant dans un village de pêcheurs de la Côte d’Opale. Fabrice Luchini, Camille Cottin, Lyna Khoudri et Anamaria Vartolomei s’agiteront devant la caméra du réalisateur, de retour à la science-fiction de proximité après sa série Coincoin et les z’inhumains.

Daaaaaali ! de Quentin Dupieux – sans date

Demoustier, Lellouche, Niney, Cohen, Marmaï, Baer, Chabat… Casting cinq étoiles pour le douzième film de Quentin Dupieux : un faux biopic de Salvador Dali, où une journaliste française rencontre l’artiste à plusieurs reprises pour un projet de documentaire. Évidemment qu’on a envie de voir ça.

Blitz de Steve McQueen – sans date (sur Apple TV+)

Le réalisateur de 12 years a Slave s’intéresse aux bombardements perpétrés par l’aviation allemande contre le Royaume-Uni au début de la Deuxième Guerre Mondiale. Ces attaques stratégiques baptisées « Blitz » furent dévastatrices et obligèrent des millions de londoniens à évacuer la ville. La tête d’affiche de ce film de guerre choral est Saoirse Ronan (The Grand Budapest Hotel, Lady Bird). En France, Blitz sera distribué sur la plateforme Apple TV+.

Napoléon de Ridley Scott – sans date (sur Apple TV+) 

En attendant la suite de Gladiator, qui pourrait entrer en production dans quelques mois, Ridley Scott s’est tourné vers Apple TV+ pour financer son projet de film sur Napoléon Bonaparte, personnage historique qui le fascine depuis longtemps. Tourné en Europe en 2022, il racontera l’ascension du Général qui devint Empereur de France, avec Joaquin Phoenix dans le rôle-titre, mais aussi Tahar Rahim et Vanessa Kirby. 

Joaquin Phoenix sur le tournage de Napoléon
ABACA

La Tortue de Léa Domenach – sans date

C’est sur le papier la distribution de rôle la plus abracadabrantesque de l’année, propre à aiguiser nos curiosités. Catherine Deneuve en Bernadette Chirac dans ce premier long métrage de Léa Domenach – fille du journaliste Nicolas Domenach et auteure de nombreux ouvrages sur le sujet – dont le titre porte le surnom que lui avait trouvé son mari de Président, campé ici par Michel Vuillermoz.

Challengers de Luca Guadagnino – sans date 

Son dernier film, Bones and all, vient de faire un gros flop au box-office, malgré la présence de Timothée Chalamet dans le rôle principal. Luca Guadagnino tentera de prendre sa revanche dans quelques mois avec cette comédie romantique et sportive. Zendaya s’est entrainé avec Brad Gilbert pendant trois mois pour incarner une coach de tennis qui a fait de son mari (Mike Faist) un champion. Daté au 11 août aux Etats-Unis, Challengers n’a pas encore de date de sortie en France. 

The Nightingale de Mélanie Laurent – sans date

Forte de son expérience sur Respire, Galveston ou Le Bal des folles, Mélanie Laurent repasse derrière la caméra pour porter à l’écran le roman fort de Kristin Hannah sur deux soeurs s’engageant dans la résistance. Elles seront jouées par Elle et Dakota Fanning.

Ferrari de Michael Mann – sans date

Michael Mann avouait il y a quelques mois à Première à propos de Ferrari: “ Enzo est un personnage romantique qui a voulu s’extraire de sa classe sociale et s’est projeté au-delà des limites de sa région natale du Nord de l’Italie. En 1957, la course automobile en est à ses débuts et reste un sport très meurtrier. En trois mois, la moitié des pilotes de l’écurie Ferrari est morte d’un accident. Enzo voit son entreprise menacée de banqueroute… »  L’intrigue s’intéresse donc à une période très précise de la vie de l’ancien pilote automobile reconverti en homme d’affaire. C’est Adam Driver qui campe Enzo Ferrari. Le casting comprend aussi : Penelope Cruz et Shailene Woodley.

Adam Driver dans Ferrari de Michael Mann
STXFilms

May December de Todd Haynes – sans date

Julianne Moore retrouve Todd Haynes après SafeLoin du paradisI’m not there et Le musée des merveilles. Dans May December, elle incarne Gracie, une femme d’âge mûr mariée à Joe, de vingt-trois ans son cadet (Charles Melton). Le couple a jadis fait les choux gras de la presse à sensation. Tout (re)bascule, le jour où une une actrice (Natalie Portman), qui s’apprête à incarner dans un film un personnage directement inspiré de Gracie, débarque dans leur vie.  

Priscilla de Sofia Coppola – sans date

Vingt ans après Marie-Antoinette, Sofia Coppola s’essaie à nouveau au biopic en s’inspirant des mémoires de Priscilla Beaulieu-Presley, la femme du King. Elvis sera incarné par l’acteur australien Jacob Elordi, une des révélations de la série Euphoria. Il tentera de faire oublier la prestation d’Austin Butler dans le film que Baz Lurhmann a consacré l’année dernière au célèbre rocker. La chanteuse et actrice américaine Cailee Speany (Pacific Rim UprisingVice…) tiendra, elle, le rôle-titre. Produit par A24, ce huitième long-métrage de Sofia Coppola devrait parader sur les tapis rouges des grands festivals internationaux.

The Bikeriders de Jeff Nichols – sans date

C’est le grand retour de Jeff Nichols, sept ans après Loving. L’auteur de Take Shelter et de Midnight Special, se plonge dans l’Amérique des sixties à travers l’itinéraire d’un groupe de bikers qui vont progressivement basculer dans la violence. Au générique, on retrouvera “la muse “ de Nichols, Michael Shannon mais aussi Tom Hardy, la britannique Jodie Comer, révélée par la série The White Princess et au cinéma par Le dernier duel de Ridley Scott. Enfin, le Elvis de Baz Lurhmann, Austin Butler jouera lui-aussi les easy rider.

Beau is afraid de Ari Aster – sans date

On l’espérait à Cannes 2022, puis dans les festivals d’automne… En 2023, ça devrait le faire : originellement titré Disappointment Blvd., le troisième film d’Ari Aster (après les acclamés Hérédité et Midsommar), désormais intitulé Beau is afraid, a tour à tour été décrit comme “une comédie cauchemardesque” et “un film d’horreur surréaliste“. Joaquin Phoenix y joue un homme qui s’apprête à rendre visite à sa mère mais dont les clés disparaissent mystérieusement…

We wish to give thanks to the writer of this article for this awesome content

Les 80 films les plus attendus de 2023, au cinéma et en streaming [preview]