Oscars 2022 : Jane Campion meilleure réalisatrice, “Coda” meilleur film… et Will Smith gifle Chris Rock

La 94e cérémonie des Oscars, qui se tenait cette nuit, a été marquée par la victoire de Jane Campion (“The Power of the Dog”) pour l’Oscar de la meilleure réalisatrice, par celle de “Coda”, adapté de “La Famille Bélier”, pour celui du meilleur film… et par une gifle de Will Smith contre le présentateur Chris Rock. Voici notre compte-rendu et le palmarès en intégralité.

À retenir de cette 94e cérémonie des Oscars :

• Jane Campion a été sacrée meilleure réalisatrice pour The Power of the Dog et c’est seulement la troisième femme à recevoir cet Oscar, après Kathryn Bigelow et Chloé Zhao
AppleTV+ est la première plateforme de streaming à remporter l’Oscar du meilleur film, avec Coda.
Dune, de Denis Villeneuve, a remporté six Oscars, dont « meilleur son », « meilleure photographie »… (mais aucune récompense majeure).
• Troy Kotsur est le premier acteur sourd à gagner un Oscar, pour son second rôle dans Coda.
Un incident a marqué cette cérémonie : Will Smith est monté sur scène pour donner une grande claque à Chris Rock (lire ci-dessous).

Tous nos articles sur les Oscars 2022

• « Coda » : comment le remake de « La Famille Bélier » a triomphé aux Oscars
• « Drive My Car » : des routes du Japon aux Oscars, itinéraire d’un triomphe
• On a classé tous les Oscars du meilleur film depuis l’an 2000
• Les films primés aux Oscars 2022 à voir sur Netflix, Prime Video, Disney+, Apple TV+ et en salles
« Jane Campion par Jane Campion » un livre-somme sur la cinéaste oscarisée pour « The Power of the Dog »
• Les Oscars 2022 consacrent l’irrésistible ascension des directrices de la photo
• Oscars 2022 : voici les favoris… et nos pronostics

Compte-rendu détaillé de cette 94e édition :

Après une édition 2021 délocalisée à l’Union Station de Los Angeles en raison de la pandémie, la pire de son histoire pour l’audience (9,58 millions de téléspectateurs, soit une baisse de 58 % par rapport à 2020), la cérémonie des Oscars était de retour au Dolby Theatre pour sa 94e année. Afin de réduire la soirée de 3h45 à 3 heures, huit prix, jugés moins prestigieux (comme le décor, le son ou le maquillage) ont été remis lors d’une pré-cérémonie. Une décision vivement critiquée par certains professionnels du cinéma qui avaient publié une lettre ouverte au début du mois de mars, accusant l’Académie de considérer les techniciens les plus importants de l’industrie comme des « citoyens de seconde zone ». Vingt-trois Oscars ont donc été remis ensuite.

La soirée a été marquée par le coup de sang de Will Smith, qui n’a pas apprécié une blague de Chris Rock. Ce dernier s’est adressé à l’épouse de l’acteur, pour lui dire qu’il avait hâte de voir la suite du film À armes égales, pour lequel Demi Moore s’était rasé la tête, en 1997. Or, Jada Pinkett Smith souffre d’alopécie, et s’est déjà exprimée publiquement à ce sujet. Elle a d’ailleurs levé les yeux au ciel, en signe d’exaspération… Will Smith est alors monté sur scène pour donner une grande gifle à Chris Rock, avant de se rasseoir et lui crier deux fois : « Keep my wife’s name out of your fucking mouth ! » (« Garde le nom de ma femme hors de ta putain de bouche ! »), provoquant la stupeur de l’assemblée… Will Smith a ensuite remporté l’Oscar du meilleur acteur pour son rôle dans La Méthode Williams, dans lequel il incarne le père abusif des joueuses de tennis Venus et Serena Williams. Visiblement bouleversé, il a donné un discours confus, se disant notamment « submergé » par ce que « Dieu [lui] demande de faire et d’être dans ce monde (…) Denzel Washington m’a dit il y a quelques minutes que quand on est au sommet, c’est là qu’on est le plus en danger… C’est là que le diable vient vous saisir » . Avant de présenter ses excuses à l’Académie, et tous ses co-nommés, et de conclure, dans un éclat de rire, les joues trempées de larmes : « J’espère que l’Académie m’invitera à nouveau. »

Le film de Jane Campion, The Power of the Dog, sublime néo-western diffusé sur Netflix, partait favori avec 12 nominations au total. Mais c’est bien le petit indépendant Coda, remake de La Famille Bélier produit par le Français Philippe Rousselet et disponible, lui, sur Apple TV+, qui a remporté l’Oscar du meilleur film, après avoir raflé de nombreux prix de syndicats professionnels lors des dernières semaines. C’est la première fois qu’une œuvre diffusée en priorité sur une plateforme de vidéo en ligne par abonnement (SVOD) décroche la récompense suprême aux Oscars. Troy Kotsur repart, quant à lui, avec la statuette du meilleur second rôle, après avoir repris le rôle du père sourd et muet d’une ado entendante, incarné dans le film originel par François Damiens. Coda, qui a de surcroît décroché l’Oscar du meilleur scénario adapté, repart donc davantage primé que The Power of the Dog, de Jane Campion, qui n’a obtenu qu’une statuette – mais pas des moindres : celle de la meilleure réalisatrice. La cinéaste néo-zélandaise est ainsi la troisième femme seulement à recevoir cette récompense, après Kathryn Bigelow en 2010 et Chloé Zhao l’an dernier.

Côté actrices, c’est Jessica Chastain qui décroche l’Oscar, pour son rôle dans le film Dans les yeux de Tammy Faye, dans lequel elle incarne une célèbre télévangéliste, entre chute et rédemption, militante de la cause LGBT. L’actrice a qualifié dans son discours de remerciements une loi homophobe de Floride, surnommée « Don’t Say Gay Bill » par ses opposants, de « discriminatoire et fanatique ». Et c’est sans surprise et de façon amplement méritée qu’Ariana DeBose a reçu l’Oscar de la meilleure actrice dans un second rôle pour sa performance extraordinaire dans West Side Story, l’époustouflant remake de Steven Spielberg. Elle y interprète Anita, campée, dans la version de 1961, par Rita Moreno. « Vous voyez devant vous une femme de couleur ouvertement gay, afro-latina, qui a trouvé sa force dans l’art, a-t-elle déclaré, recevant son prix. Et je crois que c’est cela que nous célébrons ici. Donc, à toutes les personnes qui se sont un jour posé des questions sur leur identité, ou ont l’impression de vivre dans une zone grise : il y a de la place pour nous. »

La science-fiction fut également à l’honneur lors de cette cérémonie, à travers Dune, du Canadien Denis Villeneuve. Le space opera a reçu quantité de prix techniques, les six Oscars suivants : meilleur son, meilleur montage, meilleure musique originale, meilleur décor, meilleure photographie (remis au chef opérateur Greig Fraser, notamment derrière la photo de Zero Dark Thirty ou, plus récemment, The Batman), meilleurs effets visuels, la seule catégorie dans laquelle avait été nommé le blockbuster au succès phénoménal, Spider-Man : No Way Home.

Comme attendu, le sublime Drive My Car, du Japonais Ryusuke Hamaguchi, déjà détenteur du prix du scénario à Cannes, très apprécié du public français, décroche l’Oscar du meilleur film international. Et la production Disney Encanto a été célébrée par celui du meilleur film d’animation.

Côté documentaires, Summer of Soul, d’Ahmir Thompson, alias, Questlove, le batteur du groupe The Roots, plongée captivante dans « le Woodstock noir », a été sacré. Enfin, avec son film ultra personnel Belfast, sur son enfance au milieu de l’explosion du conflit nord-irlandais, Kenneth Branagh repart avec le prix du meilleur scénario original.

Une cérémonie très show Dans l’optique de gagner de l’audience, la cérémonie, animée par les actrices et humoristes Regina Hall, Amy Schumer et Wanda Sykes, a notamment été introduite par un show spectaculaire de Beyoncé, donné en direct, en extérieur, et tout en vert anis, des costumes aux instruments des musiciens, jusqu’au décor. La chanteuse a interprété le titre Be Alive, extrait de la bande originale de La Méthode Williams.

Toujours dans cette idée de reconquête, le skateboarder Tony Hawk (53 ans), le surfeur Kelly Slater (50 ans), et le snowboarder Shaun White (35 ans), jugés populaires auprès des jeunes, ont rendu hommage à la saga James Bond, à l’occasion des soixante ans du tout premier film. Le dernier de la saga, Mourir peut attendre, sorti en salles en octobre 2021, a reçu l’Oscar de la meilleure chanson originale grâce à No Time to Die, de Billie Eilish, venue sur scène pour la chanter. Un hommage a également été rendu au Parrain pour les cinquante ans du film, en présence d’Al Pacino, Robert De Niro et Francis Ford Coppola. Ce dernier a notamment remercié Mario Puzo, auteur du livre et scénariste du film.

Palmarès de cette 94e édition :

Meilleur acteur

► Will Smith, dans La Méthode Williams

Javier Bardem, dans Being the Ricardos
Benedict Cumberbatch, dans The Power of the Dog
Andrew Garfield, dans Tick, Tick… Boom !
Denzel Washington, dans The Tragedy of Macbeth

Meilleure actrice

►Jessica Chastain, dans Dans les yeux de Tammy Faye

Olivia Colman, dans The Lost Daughter
Penélope Cruz, dans Madres paralelas
Nicole Kidman, dans Being the Ricardos
Kristen Stewart, dans Spencer

Meilleur acteur dans un second rôle

►Troy Kotsur, dans Coda

Ciarán Hinds, dans Belfast
Jesse Plemons, dans The Power of the Dog
J.K. Simmons, dans Being the Ricardos
Kodi Smit-McPhee, dans The Power of the Dog

Meilleure actrice dans un second rôle

► Ariana DeBose, dans West Side Story

Jessie Buckley, dans The Lost Daughter
Judi Dench, dans Belfast
Kirsten Dunst, dans The Power of the Dog
Aunjanue Ellis, dans La Méthode Williams

Meilleur réalisation

► Jane Campion : The Power of the Dog

Kenneth Branagh : Belfast
Ryusuke Hamaguchi : Drive My Car
Paul Thomas Anderson : Licorice Pizza
Steven Spielberg : West Side Story

Meilleur film

Coda : Philippe Rousselet, Fabrice Gianfermi et Patrick Wachsberger (producteurs)

Belfast : Laura Berwick, Kenneth Branagh, Becca Kovacik et Tamar Thomas (producteurs)
Don’t Look Up : Adam McKay et Kevin Messick (producteurs)
Drive My Car : Teruhisa Yamamoto (producteur)
Dune : Mary Parent, Denis Villeneuve et Cale Boyter (producteurs)
La Méthode Williams : Tim White, Trevor White et Will Smith (producteurs)
Licorice Pizza : Sara Murphy, Adam Somner et Paul Thomas Anderson (producteurs)
Nightmare Alley : Guillermo del Toro, J. Miles Dale et Bradley Cooper (producteurs)
The Power of the Dog : Jane Campion, Tanya Seghatchian, Emile Sherman, Iain Canning et Roger Frappier (producteurs)
West Side Story : Steven Spielberg et Kristie Macosko Krieger (producteurs)

Meilleur film d’animation

Encanto : Jared Bush, Byron Howard, Yvett Merino et Clark Spencer

Flee : Jonas Poher Rasmussen, Monica Hellström, Signe Byrge Sørensen et Charlotte de La Gournerie
Luca : Enrico Casarosa et Andrea Warren
Les Mitchells contre les machines : Mike Rieta, Phil Lord, Christopher Miller et Kurt Albrecht
Raya et le dernier dragon : Don Hall, Carlos López Estrada, Osnat Shurer et Peter Del Vecho

Meilleure photographie

Greig Fraser : Dune

Dan Laustsen : Nightmare Alley
Ari Wegner : The Power of the Dog
Bruno Delbonnel : The Tragedy of Macbeth
Janusz Kaminski : West Side Story

Meilleur costume

► Jenny Beavan : Cruella

Massimo Cantini Parrini et Jacqueline Durran : Cyrano
Jacqueline West et Robert Morgan : Dune
Luis Sequeira : Nightmare Alley
Paul Tazewell : West Side Story

Meilleur film documentaire

Summer of Soul : Ahmir « Questlove » Thompson, Joseph Patel, Robert Fyvolent et David Dinerstein

Ascension : Jessica Kingdon, Kira Simon-Kennedy et Nathan Truesdell
Attica : Stanley Nelson et Traci A. Curry
Flee : Jonas Poher Rasmussen, Monica Hellström, Signe Byrge Sørensen et Charlotte de La Gournerie
Writing with Fire : Rintu Thomas et Sushmit Ghosh

Meilleur court métrage documentaire

The Queen of Basketball : Ben Proudfoot

Audible : Matt Ogens et Geoff McLean
Lead me Home : Pedro Kos et Jon Shen
Three Songs for Benazir : Elizabeth Mirzaei et Gulistan Mirzaei
When We Were Bullies : Jay Rosenblatt

Meilleur montage

Joe Walker : Dune

Hank Corwin : Don’t Look Up
Pamela Martin : La Méthode Williams
Peter Sciberras : The Power of the Dog
Myron Kerstein et Andrew Weisblum : Tick, Tick… Boom !

Meilleur film international

Drive My Car, de Ryusuke Hamaguchi (Japon)

Flee, de Jonas Poher Rasmussen (Danemark)
La Main de Dieu, de Paolo Sorrentino (Italie)
L’École du bout du monde, de Pawo Choyning Dorji (Bhoutan)
Julie (en 12 chapitres), de Joachim Trier (Norvège)

Meilleurs maquillages et coiffures

Linda Dowds, Stephanie Ingram et Justin Raleigh : Dans les yeux de Tammy Faye

Mike Marino, Stacey Morris et Carla Farmer : Un prince à New York 2
Nadia Stacey, Naomi Donne et Julia Vernon : Cruella
Donald Mowat, Love Larson et Eva von Bahr : Dune
Göran Lundström, Anna Carin Lock et Frederic Aspiras : House of Gucci

Meilleure musique de film

Hans Zimmer : Dune

Nicholas Britell : Don’t Look Up
Germaine Franco : Encanto
Alberto Iglesias : Madres paralelas
Jonny Greenwood : The Power of the Dog

Meilleure chanson originale

No Time to Die dans Mourir peut attendre : Musique et paroles de Billie Eilish et Finneas O’Connell

Be Alive dans La Méthode Williams : Musique et paroles par DIXSON et Beyoncé Knowles- Carter
Dos Oruguitas dans Encanto : Musique et paroles de Lin-Manuel Mireta
Down To Joy dans Belfast : Musique et paroles de Van Morrison
Somehow You Do dans Four Good Days : Musique et paroles par Diane Warren

Meilleurs décors

► Patrice Vermette et Zsuzsanna Sipos : Dune

Tamara Deverell et Shane Vieau : Nightmare Alley
Grant Major et Amber Richards : The Power of the Dog
Stefan Dechant et Nancy Haigh : The Tragedy of Macbeth
Adam Stockhausen et Rena DeAngelo : West Side Story

Meilleur court métrage d’animation

The Windshield Wiper : Alberto Mielgo et Leo Sanchez

Affairs of the Art : Joanna Quinn et Les Mills
Bestia : Hugo Covarrubias et Tevo Díaz
Boxballet : Anton Dyakov
Robin Robin : Dan Ojari et Mikey Please

Meilleur court métrage de fiction

The Long Goodbye : Aneil Karia et Riz Ahmed

Ala Kachuu – Take et Run : Maria Brendle et Nadine Lüchinger
The Dress : Tadeusz Łysiak et Maciej Ślesicki
On my Mind : Martin Strange-Hansen et Kim Magnusson
Please Hold : K.D. Dávila et Levin Menekse

Meilleur mixage de son

► Mac Ruth, Mark Mangini, Theo Green, Doug Hemphill et Ron Bartlett : Dune

Denise Yarde, Simon Chase, James Mather et Niv Adiri : Belfast
Simon Hayes, Oliver Tarney, James Harrison, Paul Massey et Mark Taylor : Mourir peut attendre
Richard Flynn, Robert Mackenzie et Tara Webb : The Power of the Dog
Tod A. Maitlet, Gary Rydstrom, Brian Chumney, Andy Nelson et Shawn Murphy : West Side Story

Meilleurs effets visuels

► Paul Lambert, Tristan Myles, Brian Connor et Gerd Nefzer : Dune

Swen Gillberg, Bryan Grill, Nikos Kalaitzidis et Dan Sudick : Free Guy
Charlie Noble, Joel Green, Jonathan Fawkner et Chris Corbould : Mourir peut attendre
Christopher Townsend, Joe Farrell, Sean Noel Walker et Dan Oliver : Shang-Chi et la Légende des Dix Anneaux
Kelly Port, Chris Waegner, Scott Edelstein et Dan Sudick : Spider-Man – No Way Home

Meilleur scénario adapté

CODA : Siân Heder

Drive My Car : Ryusuke Hamaguchi et Takamasa Oe
Dune : Jon Spaihts, Denis Villeneuve et Eric Roth
The Lost Daughter : Maggie Gyllenhaal
The Power of the Dog : Jane Campion

Meilleur scénario original

Belfast, écrit par Kenneth Branagh

Don’t Look Up, scénario d’Adam McKay, sur une histoire d’Adam McKay et David Sirota
La Méthode Williams, écrit par Zach Baylin
Licorice Pizza, écrit par Paul Thomas Anderson
Julie (en 12 chapitres), écrit par Eskil Vogt et Joachim Trier

We wish to give thanks to the author of this short article for this awesome material

Oscars 2022 : Jane Campion meilleure réalisatrice, “Coda” meilleur film… et Will Smith gifle Chris Rock