Des étudiants roubaisiens primés à Los Angeles pour leur court-métrage d’animation “Les Larmes de la Seine”

Des étudiants de l’école pôle IIID à Roubaix remportent leur 42ème prix pour leur court-métrage d’animation “Les Larmes de la Seine”. Un projet d’école désormais doublement sélectionné pour les Oscars 2023 !

Le succès est en marche pour le film d’animation “Les Larmes de la Seine”. Après avoir reçu le prix “Best in Show” du festival d’animation SIGGRAPH, le court-métrage de huit minutes vient de remporter le Yugo BAFTA Student Awards for Animation 2022, prix reconnu comme l’équivalent des César français. À la clé, une double qualification pour les Oscars 2023, étudiants et professionnels.

Le film, réalisé en 2021 par huit étudiants de l’école Pôle IIID à Roubaix, comptabilise à ce jour 144 sélections officielles pour 42 prix remportés. De quoi rappeler le succès de “Migrants” – 110 prix gagnés en 2021 – puisque pour la deuxième année consécutive, ces prix prestigieux sont raflés par les étudiants de l’école roubaisienne. À savoir, cette année : Yanis Belaïd, Eliott Benard, Nicolas Mayeur, Etienne Moulin, Hadrien Pinot, Lisa Vicente, Philippine Singer et Alice Letailleur.

“On est super heureux, c’est assez historique d’avoir deux années de suite deux films qui ont des succès coup sur coup. C’est une énorme fierté et un énorme aboutissement”, se réjouit ce samedi 23 juillet Carlos De Carvalho, directeur de la filière animation de Pôle IIID, tandis que les deux co-réalisateurs, Yanis Belaïd et Eliott Benard se trouvent toujours à Los Angeles, où ils ont fait le voyage pour participer à la cérémonie les 21 et 22 juillet.

Pour la première fois, le podium du Yugo BAFTA était composé de trois finalistes français (parmi une centaine d’écoles à l’international) : Pôle IIID, Gobelins à Paris et Rubika à Valenciennes. Preuve de “l’excellence de l’animation française”, selon Carlos de Carvalho. La recette du succès à Pôle IIID, selon lui ? Une grande liberté dans les sujets abordés, avec une affinité des étudiants à s’emparer de thématiques personnelles et sociales.

Là où “Migrants” contait l’exil de deux ours polaires face au réchauffement climatique, “Les Larmes de la Seine” raconte l’histoire de travailleurs algériens de France qui manifestent pacifiquement dans les rues de Paris, le 17 octobre 1961. Alors qu’ils s’opposent au couvre-feu imposé aux Algériens par la préfecture de police, une “sanglante répression” se met en place, selon les mots de François Hollande en 2012 : 12 000 arrestations et des dizaines de personnes tuées au cours de la nuit, d’après les estimations les plus basses. Le court-métrage animé nous plonge au cœur de la manifestation grâce à une caméra embarquée qui nous transforme en manifestant.  Yanis Belaïd, principal porteur du projet, est revenue pour  France 3 Nord sur les perspectives offertes par l’animation : 




durée de la vidéo : 43sec

Yanis Belaïd, co-créateur des “Larmes de la Seine”, nous parle d’animation



©FTV

“Avec ces deux films, on espère qu’il y aura un héritage posé pour nos actuels étudiants”, conclut Carlos De Carvalho. En effet, tous les ans, les étudiants de quatrième année commencent à élaborer leur projet, par petits groupes. La cinquième année, ils fabriquent leur court-métrage avant de se lancer dans la vie active. Avec ces récompenses, nul doute que les étudiants lauréats ont de quoi entamer leur carrière professionnelle sereinement.

We would love to say thanks to the writer of this post for this amazing material

Des étudiants roubaisiens primés à Los Angeles pour leur court-métrage d’animation “Les Larmes de la Seine”