Test Vivo X80 Pro : notre avis complet – Smartphones – Frandroid

Vivo X80 Pro, c’est le nom du premier flagship qui s’aventure au-delà des 1000 euros chez le fabricant chinois. Téléobjectif X2 et X5, Snapdragon 8 Gen 1, écran QHD+, charge 80W… il a tous les outils pour réussir.

Le dos du Vivo X80 Pro // Source : Anthony Wonner – Frandroid

Vivo se lance enfin dans la course aux smartphones ultra premium. Après un X51 et un X60 Pro autour des 800 euros, Vivo brise le plafond et met en vente son premier téléphone à 1299 euros, le Vivo X80 Pro. Autant vous dire que pour son prix, on est en droit d’attendre le meilleur du marché. Il se pourrait bien que ce soit exactement ce qu’on obtienne.

Vivo X80 ProFiche technique

Modèle Vivo X80 Pro
Version de l’OS Android 12
Interface constructeur OriginOS
Taille d’écran 6.78 pouces
Définition 3200 x 1440 pixels
Densité de pixels 517 ppp
Technologie AMOLED
SoC Snapdragon 8 Gen 1
Puce Graphique (GPU) Adreno 730
Mémoire vive (RAM) 8 Go, 12 Go
Mémoire interne (flash) 256 Go, 512 Go
Appareil photo (dorsal) Capteur 1 : 50 Mpx
Capteur 2 : 8 Mpx
Capteur 3 : 12 Mpx
Capteur 4 : 48 Mpx
Appareil photo (frontal) 32 Mpx
Enregistrement vidéo 8K @ 60 fps
Wi-Fi Wi-Fi 6 (ax)
Bluetooth 5.2
5G Oui
NFC Oui
Ports (entrées/sorties) USB Type-C
Batterie 4700 mAh
Dimensions 75,3 x 164,6 x 9,1 mm
Poids 215 grammes
Couleurs Noir, Bleu, Orange
Fiche produit

Ce test a été réalisé à partir d’un modèle prêté par la marque.

Vivo X80 ProDesign

Le design du Vivo X80 Pro ne laisse pas indifférent. Généralement, soit vous adorez son parti pris et son format, soit vous le regarderez d’une moue circonspecte qui veut dire : « Pourquoi un aussi gros bloc photo ? »

Le bloc en question arbore une forme bien rectangulaire et rassemble trois de ses capteurs dans un cercle situé à gauche. Une petite place a aussi été laissée pour le logo Zeiss. Un quatrième capteur joue bande à part et s’est installé hors du cercle, juste en dessous à l’extrême gauche du bloc. À droite, un large flash vient compléter l’ensemble.

Vivo X80 Pro face
Le Vivo X80 Pro tenu en main // Source : Anthony Wonner – Frandroid

Disons-le, ce n’est pas le design le plus réussi de l’histoire pour un bloc photo. Disons que sans jugement de valeur aucun, il est difficile de saluer sa cohérence. Il a cependant le bon goût d’être relativement sobre et d’éviter une trop grande épaisseur.

Pour le reste du téléphone, il sera difficile de ne pas dire qu’il s’agit d’un beau bébé (164,57 x 75,30 x 9,10 mm pour 219 grammes), mais la plupart des utilisateurs à qui je l’ai confié ont été globalement surpris par son poids, pas si astronomique que ça une fois tenu en main. Niveau dimension, il est légèrement plus petit qu’un Galaxy S22 Ultra dont il reprend en partie le parti pris rectangulaire en arrondissant un peu les angles. Dans l’ensemble, c’est un téléphone qui tombe agréablement dans la main et que l’on a plaisir à manipuler.

Vivo X80 Pro appareil photo
L’interface de l’appareil photo du Vivo X80 Pro // Source : Anthony Wonner – Frandroid

Son dos satiné, recouvert de verre fluoré AG peut s’avérer un peu glissant, attention donc aux chutes. Il a néanmoins l’avantage d’être plutôt doux au toucher.

Avec mes petites mains, lorsque je tiens le téléphone normalement, le bouton de verrouillage tombe parfaitement sous mon pouce. En revanche pour le volume, je me dois d’opérer une petite extension pour celui du bas et je dois même déplacer ma main pour celui du haut.

Vivo X80 Pro dos bis
Le gros bloc photo arrière du Vivo X80 Pro // Source : Anthony Wonner – Frandroid

Sur la face avant, la dalle est légèrement courbée sur les côtés et un poinçon central vient percer l’écran de 6,7 pouces. Qui dit écran incurvé dit bordures extrêmement fines bien sûr et ce n’est pas tout, car le menton et le front donnent dans le discret.

Quant au cadre, il se montre des plus classiques avec des bords gauche et droit très fins, tandis que les tranches du haut du bas s’aplatissent généreusement. En bas, vous trouverez un tiroir à double SIM somme toute classique, un port USB-C et un haut-parleur. Le second haut-parleur est logé en haut, caché dans la bordure habilement.

Vivo X80 Pro tranche
Les boutons sur les tranches du Vivo X80 Pro // Source : Anthony Wonner – Frandroid

N’ayez crainte si vous êtes plutôt maladroit·e, le téléphone résiste efficacement aux éclaboussures et aux poussières : il est certifié IP 68.

Capteur d’empreintes

En général dans nos tests, le capteur d’empreintes est éjecté en deux phrases tout au plus. Mais ici, pour une fois, il y a quelques menus détails qui méritent d’être mis en avant.

Déjà, il s’agit d’un capteur d’empreintes 3D large à ultrasons. Derrière ce nom un peu à rallonge, se cachent de très grandes qualités. La première : le téléphone enregistre vos empreintes en une seule pression, plutôt que plusieurs dizaines traditionnellement.

Vivo X80 Pro lecteur empreintes
Le lecteur d’empreintes dans l’écran du Vivo X80 Pro // Source : Anthony Wonner – Frandroid

Au-delà de l’impression d’assister à de la magie noire qui se dégage de l’opération, cela peut se montrer très pratique si vous voulez donner l’accès rapidement à un proche sans lui transmettre votre code.

Deuxième qualité : le capteur est, comme son nom l’indique, large. En clair, vous avez une plus grande surface pour poser vos doigts et déverrouiller le téléphone. Cela évite de devoir viser à chaque fois. Au quotidien, c’est bête, mais on n’y gagne pas mal en confort d’utilisation. Cerise sur le gâteau, le capteur se montre vraiment fiable et rapide. Bref on boit du petit lait.

Vivo X80 ProÉcran

Pour l’écran, Vivo a mis les petits plats dans les grands. On a ainsi une belle dalle WQHD+ capable d’afficher jusqu’à 120 Hz de rafraîchissement. Il s’agit bien entendu d’Oled donc ne vous embarrassez pas avec les contrastes, ils sont peu ou prou infinis.

Deux modes vont nous intéresser ici : un standard, plus froid, plus coloré, mais aussi moins précis ; et un dit « professionnel » moins coloré, mais plus précis.

Autant le dire d’entrée de jeu, ces promesses se vérifient bien vite lors de notre test de sonde, utilisée avec le logiciel CalMAN Ultimate de Portrait Displays.

Vivo X80 Pro utilisation
L’écran d’accueil du Vivo X80 Pro // Source : Anthony Wonner – Frandroid

En standard, on obtient une belle couverture colorimétrique. Le gamut le plus simple, le sRGB est couvert à 160 %, tandis que celui un peu plus large du DCI-P3 passe, avec 107 %. Cette large couverture s’effectue au prix d’un point blanc un peu trop bleuté (7038K), mais surtout d’un delta E moyen légèrement imprécis. Nous avons ainsi mesuré 4,67 contre la valeur cible de 3.

En professionnel, comme prévu, la précision est au rendez-vous puisque le delta E passe à 2,64, soit en dessous de la barre à partir de laquelle l’œil humain ne peut plus discerner une différence. En revanche, cette précision a un coût : la couverture du sRGB passe à 98 %, ce qui est bien peu, tandis que le DCI-P3 plafonne à 66 %.

Côté luminosité aussi nous formulons quelques réserves. La luminosité maximale que nous sommes parvenus à mesurer était de 655 cd/m². Une valeur trop faible pour du haut de gamme, même si cela fera tout de même l’affaire dans 90 % des situations. En effet, en plein soleil, j’ai dû à plusieurs reprises plisser les yeux pour parvenir à voir l’écran comme je le souhaitais.

Vivo X80 ProLogiciel

Le Vivo X80 Pro intègre l’interface maison du constructeur, FuntouchOS 12, basé sur Android 12.  Il s’agit d’une interface très proche de l’Android de base (avant Android 12), mais avec de beaux ajouts et un effort particulier sur la fluidité.

Côté pile, on apprécie donc la très bonne réactivité générale de FuntouchOS 12, l’ergonomie générale est très bonne (le tiroir d’application et l’ensemble des paramètres sont clairs) et on salue l’intégration de Monet, la nouveauté principale d’Android 12. Un menu dédié sur l’écran d’accueil permet de choisir parmi quatre assortiments de couleurs.

Vivo X80 Pro bulle
Des widgets sur le Vivo X80 Pro // Source : Anthony Wonner – Frandroid

En revanche, du côté de ce qui fonctionne un peu moins, on regrette que l’interface n’intègre pas davantage les couleurs du fond d’écran. En clair, si les applications de la suite Google se parent effectivement d’une nouvelle robe à chaque fond d’écran, il n’en est rien pour le reste de l’interface, volet des notifications et paramètres compris. En 2022, qu’on aime ou pas Monet, c’est un manque objectif. On pourra aussi bougonner à l’encontre des quelques bloatwares qui se sont invités à la fête et qui n’ont vraiment rien à faire là, j’ai nommé Facebook, Booking, LinkedIN et Tik Tok. Certes, c’est désinstallé en 5 minutes, mais ça n’est jamais agréable après avoir déboursé l’un des prix les plus élevés qu’on puisse débourser dans un smartphone.

En dehors de ces petites anicroches, c’est du tout bon. Vivo a même intégré de nombreux widgets plutôt graphiques avec leur forme rectangulaire avec arrêtes arrondies. Ils se montrent en outre utiles : on peut apercevoir d’un coup d’œil la météo des heures à suivre, se fixer un compte à rebours pour une journée importante à venir, suivre son hydratation au cours de la journée ou encore intégrer une petite devise qu’on apprécie.

Les options de personnalisation de l’écran d’accueil, bien que présentes, ne s’avèrent pas excessivement nombreuses et c’est bien dommage. L’inspiration Android Stock se sent d’ailleurs à tous les étages, dans l’économie de moyen qui est ici mise en place. Les menus sont assez arides et avares en pictogrammes ou en explications. On perd donc un peu en ergonomie par rapport aux standards du genre.

De la même manière, Vivo intègre trois ans de mises à jour majeures, comme Oppo par exemple, un chiffre satisfaisant, mais légèrement en retrait par rapport aux quatre années des Samsung.

No problemo pour regarder des films et séries sur les plateformes de sVoD comme Netflix et Disney+ en full HD, le DRM Widevine L1 qui permet cela est bien là.

Vivo X80 ProPhoto

Voici la configuration photo du Vivo X80 Pro :

  • Un capteur principal de 50 mégapixels d’une taille correcte de 1/1,31 pouce (soit 1,2 μm par photosite), ouverture F1,57 ;
  • un module dédié à l’ultra grand-angle, avec un capteur IMX 595 de 48 mégapixels, ouverture F/2,2 ;
  • un module X2 dédié aux portraits, avec capteur IMX 663 de 12 mégapixels, ouverture F/1,85. Ce module bénéficie ;
  • un module X5 avec capteur 8 mégapixels, ouverture F/3,4.
Vivo X80 Pro Zeiss
Le Vivo X80 Pro profite de l’expertise Zeiss sur la photo // Source : Anthony Wonner – Frandroid

En vidéo, il est capable de filmer jusqu’à une qualité 8K en 24 fps ou 4K en 60 FPS. Il peut aussi proposer une captation en HDR 10+ en 1080p/30fps. Mentionnons aussi son mode ultra stabilisation assez bluffant dont nous vous parlons plus en détail dans cette prise en main.

https://www.youtube.com/watch?v=ypLAlSGFsHA

Lien YouTubeS’abonner à Frandroid

Couleurs Zeiss

Avant d’aller plus loin, attardons-nous sur un élément assez intéressant. Dans l’interface du Vivo X80 Pro, un bouton Zeiss permet de passer de couleurs assez pétantes, classiques en photographie sur smartphone, à des couleurs dites « Zeiss », comprendre par là plus naturelles.

Cela se montrera surtout utile pour les utilisateurs·rices attachés à l’authenticité, mais aussi aux professionnels de la photo ou de la vidéo qui souhaiteraient un rendu plus plat.

Capteur principal

Le capteur principal est de très très haut niveau, avec un piqué impressionnant. Résultat, on a fréquemment l’impression de capturer exactement ce qu’on a sous les yeux. Un vrai plaisir à utiliser, d’autant que le déclencheur se montre vif.

Niveau colorimétrie, même si le mode couleur normal va chercher des bleus et des verts un peu poussés, la cohérence reste de mise. Les couleurs sont vibrantes et nous rincent bien l’œil en toute situation.

De nuit, le résultat est un peu plus contrasté. Si certains clichés se montrent très bons (voir la cathédrale avec son dôme ci-dessous), on peine souvent à obtenir un résultat bien net malheureusement. La faute sans doute à un temps de pause étonnamment long.

En intérieur, c’est beaucoup mieux, on récupère de la netteté et une scène quasi plongée dans le noir s’éclaire bel et bien.

 

Dans le noir total, on peine à voir l’intérêt du mode nuit. S’il se montre efficace pour éclairer la scène, le résultat est trop brouillon.

Ultra grand-angle

L’ultra grand-angle, en plus d’afficher une belle cohérence colorimétrique, parvient à conserver un bon niveau de piqué.

De nuit, on perd toutefois beaucoup en précision et l’ensemble paraît délavé. Dans le noir total (voir les trois derniers clichés), là encore, on perd trop en qualité pour que cela soit utilisable.

Mode portrait /X2

Il convient de s’arrêter un peu sur le X2. Généralement, les constructeurs se contentent d’en faire un capteur secondaire. Ici, il est d’aussi bonne qualité, voire parfois meilleur que le capteur principal. Jugez plutôt ci-dessous. Le niveau de piqué, la dynamique, les couleurs, il n’y a vraiment rien à jeter.

De nuit, c’est un peu plus compliqué. On a le sentiment que si le sujet est éloigné, on perd beaucoup en piqué. En revanche, dans le cas d’un monument à bonne distance dont on viendrait se rapprocher un peu, le résultat est très convenable (voir les clichés 4, 5 et 6).

Autre intérêt du capteur X2, il permet de prendre de jolis close-up, entre le macro et le gros plan, le tout avec une qualité, il faut bien le dire, assez stratosphérique.

Le capteur X2 est aussi et surtout conçu pour assurer les portraits. Qu’on use (et abuse) du flou d’arrière-plan numérique, celui peut parfois se montrer très naturel, pas loin de ce que la profondeur de champ d’un boitier nous permettrait.

En plus du mode portrait classique, vous avez aussi la possibilité d’aller fouiller dans divers modes apportés par Zeiss, qui copient un peu le rendu de différents capteurs. On peut ainsi passer d’un flou très léger, à quelque chose de plus prononcé, à un effet tourbillon ou encore un mode cinématique.

X5

Véritable porte d’entrée vers une vraie polyvalence en photo sur smartphone, Vivo embarque un téléobjectif X5. En plus de se montrer particulièrement jouissif à utiliser, il offre, une fois encore, un niveau de piqué assommant.

Capter un détail, se rapprocher d’un monument, cadrer une scène… le téléobjectif n’a que peu de défauts.

Il n’y a guère que de nuit que ses performances s’écroulent. Avec des éclairages extérieurs, on bascule un peu dans l’aquarelle. En intérieur, le résultat n’est pas toujours au top, même s’il possède quelques fulgurances (voir le cliché numéro cinq). Dans le noir complet (voir les deux derniers clichés), les photos sont satisfaisantes avec un bel éclairage de la scène et un piqué relativement bien conservé.

Selfie

Le capteur selfie fige bien son sujet et gère plutôt bien les différentes dynamiques (voir le troisième cliché). Il marque toutefois le pas en plaçant parfois un léger halo autour de son sujet. Rien de disgracieux.

Vivo X80 ProPerformances

Le Vivo X80 Pro intègre un Snapdragon 8 Gen 1, l’une des puces les plus puissantes en 2022, couplée à 256 Go de stockage UFS 3.1 et 12 Go de RAM LPDDR5.

Modèle Vivo X80 Pro Oppo Find X5 Realme GT Neo 3 Xiaomi 12 Pro Apple iPhone 13 Pro
AnTuTu 9 974485 707359 822636 967591 784475
AnTuTu CPU 208029 160753 201733 219760 219142
AnTuTu GPU 441245 308407 312601 424956 306507
AnTuTu MEM 162886 106944 149301 164789 128315
AnTuTu UX 162325 131255 159001 158086 130511
PC Mark 3.0 9067 10008 14370 12979 N/C
3DMark Wild Life N/C 5786 5441 7129 9757
3DMark Wild Life framerate moyen N/C 35 FPS 32 FPS 43 FPS 58.4 FPS
GFXBench Aztec Vulkan/Metal high (onscreen / offscreen) 21 / 38 FPS 44 / 30 FPS 43 / 28 FPS 58 / 44 FPS 60 / 38.8 FPS
GFXBench Car Chase (onscreen / offscreen) 80 / 93 FPS 50 / 54 FPS 53 / 61 FPS 73 / 91 FPS 60 / 90.89 FPS
GFXBench Manhattan 3.0 (onscreen / offscreen) 120 / 241 FPS 60 / 129 FPS 60 / 168 FPS 121 / 233 FPS N/C
Lecture / écriture séquentielle 1858 / 1425 Mo/s 1663 / 695 Mo/s 1751 / 1333 Mo/s 1827 / 1444 Mo/s N/C
Lecture / écriture aléatoire 77781 / 98875 IOPS 29362 / 58160 IOPS 74087 / 80379 IOPS 79899 / 105473 IOPS N/C

Voir plus de benchmarks