ARCHIVES – Le cinéma, le théâtre, sa fille Marie… Quand Jean-Louis Trintignant se confiait à Europe 1

Figure incontournable du cinéma et du théâtre français, Jean-Louis Trintignant est décédé vendredi à 91 ans, a annoncé son épouse Mariane Hoepfner Trintignant. L’acteur de “Et Dieu… créa la femme”, “Un homme et une femme” et “Amour” est “mort paisiblement, de vieillesse, ce matin, chez lui, dans le Gard, entouré de ses proches”, a précisé son épouse. Passé à plusieurs reprises au cours de sa longue carrière par les studios d’Europe 1, Jean-Louis Trintignant a eu l’occasion d’évoquer de son métier d’acteur, bien sûr, mais aussi évoquer le drame de sa vie : la mort de sa fille Marie.  

 

La première consécration cannoise

Les César ont attendu 2013 et le film “Amour” pour sacrer Jean-Louis Trintignant meilleur acteur. Mais déjà, au début de sa carrière, le comédien français obtient deux distinctions d’envergure internationale. Un Ours d’argent du meilleur acteur au Festival de Berlin pour “L’homme qui ment” en 1968, et surtout le prix d’interprétation masculine au Festival de Cannes en 1969, pour “Z” de Costa-Gavras. Après l’annonce de ce prix, Jean-Louis Trintignant réagit au micro d’Europe 1 : “Je l’ai appris par la télévision comme tout le monde. J’ai entendu mon nom, j’étais surpris”.

La mort de Marie Trintignant

Jean-Louis Trintignant a connu de nombreux drames personnels dans sa vie. La mort de sa fille Marie, alors qu’elle avait 41 ans, sous les coups de Bertrand Cantat, restera un épisode tragique dont il ne s’est jamais remis. En 2003, Europe 1 se rend aux obsèques de Marie Trintignant. Une importante foule est rassemblée au Père Lachaise pour lui rendre un dernier hommage. Très ému, des sanglots dans la voix, Jean-Louis Trintignant prend la parole. Au micro, il fait référence aux dizaines de lettres de soutien reçues.

En 2013, Bertrand Cantat se confie pour la première fois sur la mort de Marie Trintignant dans un long entretien aux Inrocks. Jean-Louis Trintignant réserve sa première réaction pour Europe 1. “Il pense ce qu’il veut, c’est son problème. (…) Je l’ai rayé de ma vie”, lance-t-il. “Après le drame, je pensais qu’il se suiciderait mais il ne l’a pas fait et c’est son problème”.

L’homme de théâtre

Jean-Louis Trintignant a joué dans plus de 130 films. Mais c’est aussi un grand acteur de théâtre. Lorsqu’il accorde cette interview à Frédéric Taddéï sur Europe 1, en 2008, il a arrêté le cinéma depuis six ans et cela ne lui manque absolument pas. “Je m’en passe très bien. Cela me plaît beaucoup de faire du théâtre”, souligne-t-il. Selon lui, le cinéma est un art “de la conserve” car les performances sont enregistrées sur la pellicule. “On ne devrait jouer qu’en direct”, plaide-t-il. “Au théâtre, chaque soir est différent et tout est possible”.

Le retour avec Amour

Après dix ans d’absence sur grand écran, Jean-Louis Trintignant fait un retour triomphal au cinéma dans “Amour” de Michael Haneke. Le film reçoit la Palme d’or au Festival de Cannes et la critique salue les performances exceptionnelles d’Emmanuelle Riva et de Jean-Louis Trintignant. Sur scène, lors de la remise du prix, l’acteur cite Jacques Prévert à travers un poème : “Et si on essayait d’être heureux, ne serait-ce que pour donner l’exemple”.

Son rapport à la mort

Dans la matinale d’Europe 1, Bruce Toussaint interview Jean-Louis Trintignant à l’occasion de la sortie du film “Amour” en salles, en 2012. L’acteur évoque, sans détour, son rapport à la mort. “Je trouve que c’est normal, j’ai même dépassé l’âge”, confie-t-il. “À partir de 65 ans, on est un peu sorti de la société, on devient encombrant. J’ai honte, parfois, d’être un peu vieux, de continuer à travailler. Et en même temps, cela me plait tellement de faire l’acteur”, raconte le comédien au micro d’Europe 1. Après “Amour”, Jean-Louis Trintignant avait tourné une nouvelle fois avec Michael Haneke, en 2017, pour “Happy End”.

We would love to say thanks to the author of this post for this incredible web content

ARCHIVES – Le cinéma, le théâtre, sa fille Marie… Quand Jean-Louis Trintignant se confiait à Europe 1