Cannes 2022 : qui sont les compositeurs et compositrices au sein des sélections ?

 Cette liste des compositeurs/trices sera surement complétée ces prochains jours (ce n’est parfois qu’une fois le film vu que nous découvrons qui a écrit réellement la partition). Pour voir toute la selection (même les films sans musique originale), c’est dans notre espace dédié à Cannes 2022.

Alexandre Desplat a l’honneur d’ouvrir le festival avec la comédie de Michel Hazanavicius, “Coupez !” (hors compétition, sortie en salles en même temps, le 17 mai), pour laquelle il a pris en charge les divers titres musicaux d’un film de Zombies, avec un rythme samba, des textures terrifiantes, un air romantique, avant que le film ne dévoilent la genèse et le tournage de ce que nous venons de voir, avec le compositeur présent à l’image sous les traits de Jean-Pascal Zadi (puisque sa musique est jouée en direct, le tournage étant simultané avec sa diffusion). La musique est ainsi un des ressorts comiques.

Alexandre Desplat ouvre également la sélection d’Un Certain Regard avec “Tirailleurs”, film de guerre de Mathieu Vadepied tourné au Sénégal avec Omar Sy.

Sa dernière présence à Cannes remonte à 2017 (pour “D’après une histoire vraie” de Polanski). Il a une Palme d’Or a son actif (“Tree Of Life” de Terence Malick). 

Amine Bouhafa présente 5 films (jamais un même compositeur avait présenté autant de films une même année à Cannes) : 
– Hors Compétition : “Nos frangins” (Rachid Bouchareb ). Il succède à Armand Amar (“Indigènes”) et Eric Neveux dans l’oeuvre du cinéaste.
– Semaine de la Critique : “Alma Viva” (Cristèle Alves Meira ), un film portugais. 
– Quinzaine des réalisateurs : “Les Harkis” (Philippe Faucon). Il retrouve le réalisateur après “Amin” (2018) et “La Petite femelle” (2021). 
– Quinzaine des réalisateurs : “Sous les figues” (Erige Sehiri ), un premier film tunisien. 
– ACID : “Polaris” (Ainara Vera ), un premier film documentaire tourné dans l’Arctique.

Le franco-tunisien a été découvert sur le Festival avec “Timbuktu” (2014) du réalisateur mauritanien Abderrahmane Sissako, présenté en compétition, film qui lui a permis de remporter un César. Il est ensuite revenu en 2017 à Un Certain Regard avec “La Belle et la Meute” de Kaouther Ben Hania.

Pour “L’Envol” tourné en France, le compositeur fait la rencontre du réalisateur italien Pietro Marcello, qui avait fait appel à Marco Messina sur son premier film “Martin Eden” (2019). 

Gabriel Yared revient sur le Festival après sa présence au Jury en 2017, et pour un film après “Juste la Fin du monde” de Xavier Dolan, présenté en compétition en 2016. 

Sur “Les Crimes du Futur” (en compétition, et qui sort en salles le 25 mai), Howard Shore retrouve son fidèle cinéaste canadien David Cronenberg avec un film d’horreur SF tourné en Grêce, 7 ans après “Maps to the stars” (2014) qui marquait sa dernière présence à Cannes, toujours en compétition. 

Ce n’est pas fréquent, Grégoire Hetzel retrouve deux cinéastes en sélection à Cannes deux années consécutives. Ainsi, Il retrouve Arnaud Desplechin pour “Frère et soeur” après “Tromperie” (Cannes Première, 2021), et Louis Garrel pour “L’Innocent” (hors-compétition) après “La Croisade” (Un Certain Regard, 2021).

Concernant “Frère et soeur” (sortie en salles le 20 mai), il s’agit de sa seconde présence en compétition après “Roubaix, une lumière” (Arnaud Desplechin, 2019). 

Christopher Spelman retrouve James Gray sur “Armageddon Time“, chronique située dans le milieu des années 1980 auprès du promoteur immobilier Fred Trump, après “The Lost City of Z” (2017) et avec lui la compétition de Cannes après “Two Lovers” (2008) et “The Immigrant” (2013).

Benjamin Esdraffo retrouve Serge Bozon pour “Don Juan” (Cannes Première) après “Madame Hyde” (2018) et retrouve Nicolas Pariser à la Quinzaine des Réalisateurs pour “Le Parfum vert” après “Alice et le Maire” (2019). 

“Don Juan” (sortie en salles le 23 mai) marque sa première présence en sélection officielle. Ce film est en partie chanté. Pour les chansons (interprétées à l’image par Tahar Rahim, Virginie Efira, Alain Chamfort), il est associé à Mehdi Zannad et Laurent Talon. Sa partition instrumentale joue le lyrisme, la grandeur des sentiments, soutient la gravité d’un amour blessé, avec une instrumentation classique (orchestre, flûte, harpe… ).

Valentin Hadjadj retrouve avec “Close” le belge Lukas Dhont pour la première fois en compétition après “Girl” (présenté à Un Certain Regard en 2018). 

Jo Yeong-wook retrouve le coréen Park Chan-wook sur “Decision to Leave“, thriller romantique, pour la 4e fois en compétition du festival après “Oldboy” (2004 – Grand Prix), “Thirst, Ceci est mon sang” (2009 – Prix du Jury), “Mademoiselle” (2016). Il signe par ailleurs la musique d’un second film de la sélection, “Hunt” (Hors Compétition), film d’espionnage coréen, premier film de Lee Jung-jae. 

Pawel Mykietyn retrouve son acolyte polonais Jerzy Skolimowski sur “Hi-Han” (en compétition) après “Essential Killing” (Quinzaine des réalisateurs 2011). Le réalisateur n’avait pas concouru pour la Palme depuis 1989 et “Les Eaux printanieres”. 

Le compositeur danois Martin Dirkov retrouve le réalisateur iranien Ali Abbasi sur “Les Nuits de Mashhad” (en compétition) après “Border” (Un Certain Regard 2019) sur ce film criminel. 

Le duo britannique des Tindersticks (Stuart Staples, Dickon Hinchliffe) retrouve la cinéaste française Claire Denis pour “The Stars at Noon“, thriller romantique, après “High Life” (2018) et plusieurs autres films depuis leur rencontre sur “Nénette et Boni” (1996). Claure Denis retrouve la compétition 34 ans après “Chocolat” (1988), et Cannes avec ses musiciens après “Trouble Every Day” (Hors Compétition 2001) et “Les Salauds” (Un Certain Regard 2013). 

Marc Verdaguer retrouve le cinéaste espagnol Albert Serra avec “Tourment sur les îles” pour la première fois en compétition à Cannes après “Histoire de ma mort” (2013), “La Mort de Louis XIV” (Hors Compétition, 2016) et “Liberté” (Un Certain Regard, 2019). 

Florencia Di Concilio retrouve Léa Mysius pour “Les Cinq Diables” (Quinzaine des réalisateurs) après “Ava” qui l’avait révélé à la Semaine de la Critique. Elle apparait également à la Quinzaine pour le premier film de la romancière Annie Ernaux, “Les années super 8”, qu’elle réalise avec David Ernaux-Briot. 

Anne-Sophie Versnaeyen retrouve Nicolas Bedos (et le festival en Hors compétition) avec “Mascarade“, après “La Belle Epoque” (2019) et “OSS 117 : Alerte rouge en Afrique noire” (2021).

Olivier Arson retrouve Rodrigo Sorogoyen sur “As bestas” (Hors Compétition), thriller franco-espagnol, après “Que Dios nos perdone” (2017), “El Reino” (2019) et “Madre” (2020).

Delaney Blue retrouve le réalisateur grec Panos H. Koutras sur “Dodo” (Hors Compétition), après “Xenia” (2014). 

Thurston Moore (du groupe Sonic Youth) retrouve Olivier Assayas sur “Irma Vep” (Hors Compétition), série américaine adaptée de son long-métrage du même titre, 10 ans après “Demonlover” (en Compétition en 2002). 

Jose Miguel Miranda retrouve le chilien Patricio Guzmán sur le documentaire “Mon pays imaginaire“, à nouveau hors compétition après “la Cordillère des songes” (2019). 

Guillaume Roussel retrouve Cédric Jimenez sur “Novembre” (Hors Compétition), thriller qui situe son action le soir des attentats du 13 novembre, après “La French” (2014) “HHhH” (2017) et surtout “BAC Nord” (2020) qui fut l’évènement 2021 après son passage à Cannes.

Hannes De Maeyer retrouvent Adil El Arbi & Bilall Fallah sur “Rebel” (Hors Compétition), thriller belge, après “Gangsta” (2018). 

Tom Holkenborg (Junkie XL) retrouve George Miller sur “Trois Mille ans à t’attendre” (Hors Compétition), romance fantastique, après “Mad Max: Fury Road” (2015). 

Christophe Musset & Jérémie Arcache (du groupe Revolver)  retrouvent Davy Chou sur le drame franco-coréen “Retour à Séoul” (Un Certain Regard) après “Diamond Island” (Semaine de la Critique, 2016). 

Jang Young-gyu retrouve Jung July à sur “Da-eum-so-hee” (Semaine de la Critique) après “A Girl at My Door” (Un Certain Regard , 2014).

Eric Bentz retrouve l’artiste Clément Cogitore à la Semaine de la Critique avec “La Goutte d’Or” après “Ni le ciel, ni la terre” (2015).

Jamais autant de compositrices ont pu figurer au sein des selections du Festival, preuve d’une vitalité de la jeune génération. 

La Quinzaine des réalisateurs s’avère être la sélection la plus féminine concernant les musiques (9 compositrices).
3 à l’officiel (aucune en compétition, 2 hors compétition, 1 à Un Certain Regard), et aucune à la Semaine de la Critique. 

Outre Anne-Sophie Versnaeyen et Florencia Di Concilio (2 films à la Quinzaine), déja annoncées, on peut citer : 

Chloé Thévenin (“Arthur Rambo”) pour Thomas Salvador sur “La Montagne” (Quinzaine des réalisateurs), une romance.

La chanteuse et compositrice Camille Dalmais avec “Corsage” (Un Certain Regard), biographie historique autrichienne de Marie Kreutzer sur Élisabeth d’Autriche (Sissi), incarnée par Vicky Krieps.

La jeune compositrice et pianiste française Clémence Ducreux sur “La Dérive des continents (au sud)” (Quinzaine des réalisateurs) du cinéaste suisse Lionel Baier.

Uele Lamore pour “Riposte Féministe” (Hors compétition), premier film et documentaire de Marie Perennès et Simon Depardon. Elle revient à Cannes après “Marcher sur l’eau” (de Aissa Maiga, 2021). 

Laetitia Pansanel-Garric pour “Pamfir” (Quinzaine des réalisateurs), drame ukrainien, premier film de Dmytro Sukholytkyy-Sobchuk. 

La compositrice suisse Mandine Knoepfel pour “El agua” (Quinzaine des réalisateurs), premier film espagnol de Elena López Riera.

La chanteuse, pianiste, auteure-compositrice et guitariste québécoise Klô Pelgag (de son vrai nom Chloé Pelletier-Gagnon) et la pianiste suédoise Shida Shahabi pour “Falcon Lake” (Quinzaine des réalisateurs), première réalisation de l’actrice québécoise Charlotte Le Bon. 

La chanteuse suédoise Anna von Hausswolff pour “Revoir Paris” (Quinzaine des réalisateurs), drame de Alice Winocour.

La chanteuse brésilienne Mariá Portugal pour le premier film chilien de Manuela Martelli, “1976” (Quinzaine des réalisateurs). 

L’auteure-compositrice-interprète russo-canadienne Michelle Gurevich, également connue sous le nom de scène Chinawoman, pour “99 Moons” (ACID), film suisse de Jan Gassmann.

Le compositeur américain d’origine iranienne au style néo-classique et électronique Ramin Kousha signe la musique de “Leila et ses frères” (en compétition), drame iranien de Saeed Roustayi, lequel avait fait appel à Peyman Yazdanian sur “La Loi de Téhéran” (2021). 

L’auteur-compositeur-interprète suédois Daniel Norgren signe la musique du film belge “Les Huit Montagnes” (en compétition) de Felix van Groeningen & Charlotte Vandermeersch tourné en Italie.

Ethan Rose fait la rencontre de Kelly Reichardt qui présente son premier film en compétition, “Showing Up“. 

Andreas Franck & Bent Holm signent la musique du drame suédois “Sans Filtre” (en compétition) de Ruben Östlund (palmé d’or pour “The Square”). 

Yuksek signe la musique de “La Cour des miracles” (Hors Compétition), comédie de Hakim Zouhani & Carine May sur la « première école verte » de banlieue parisienne. Il revient à Cannes après “Marguerite et Julien” (de Valérie Donzelli, Compétition 2015).

Le jeune compositeur Christiaan Verbeek signe la musique du documentaire de Sergey Loznitsa, “The Natural History of Destruction”  (Hors Compétition).

Olivier Marguerit fait la rencontre de Dominik Moll sur “La nuit du 12” (Hors Compétition), film policier.

Hans Zimmer fait la rencontre de Joseph Kosinski pour “Top Gun: Maverick”  (Hors Compétition) en compagnie de Lorne Balfe, Harold Faltermeyer (qui avait signé le thème du premier film de 1986), et Lady Gaga.

Christopher Stracey & Mato Wayuhi pour “Beast” (Un Certain Regard), drame de Gina Gammell & Riley Keough. 

Stefan Will pour “Burning Days” (Un Certain Regard), drame turc de Emin Alper, qui avait fait appel à Volkan Akmehme sur “Derrière la colline” (2013). 

Alberto Torres pour “Domingo et la brume”  (Un Certain Regard), drame costaricain de Ariel Escalante.

Alex Zhang Hungtai, anciennement connu sous le pseudo Dirty Beaches, signe la musique de “Godland”  (Un Certain Regard), drame danois de Hlynur Pálmason. 

Le percussionniste et compositeur américain Eli Keszler signe la musique de “Harka” (Un Certain Regard), premier film tunisien Lotfy Nathan.

Abdullah Siddiqui, artiste de musique electronique, signe la musique de “Joyland” (Un Certain Regard), premier film pakistanais de Saim Sadiq.

Munder Odeh pour “Mediterranean Fever” (Un Certain Regard), film palestinien de Maha Haj. 

Jon Balke pour “Plus Que Jamais” (Un Certain Regard), drame franco-allemand de Emily Atef.

Rémi Boubal pour “Plan 75” (Un Certain Regard), premier film franco-japonais de Chie Hayakawa.

Marcin Macuk & Zuzanna Wronska pour “Silent Twins” (Un Certain Regard), drame polonais de Agnieszka Smoczynska. 

Le violoncelliste anglais Oliver Coates (qui pratique la musique electronique, notamment avec sa camarade Mica Levi) est présent pour deux films : “The Stranger”  (Un Certain Regard), thriller criminel australien de Thomas M. Wright, et “Aftersun” (Semaine de la critique), film britannique de Charlotte Wells. 

Frederic Alvarez pour “Dalva” (Semaine de la Critique), drame franco-belge de Emmanuelle Nicot. 

Pierre Desprats pour le drame colombien “La Jauría”  (Semaine de la Critique) de Andrés Ramírez Pulido. 

Jonas Struck pour le premier film finlandais de Mikko Myllylahti, “Metsurin tarina” (Semaine de la Critique).

Alireza Afkari pour “Tasavor” (Semaine de la Critique), premier film iranien de Ali Behrad. 

Flavien Berger pour le film d’animation “Tout le monde aime Jeanne” (Semaine de la Critique), premier film de Céline Devaux. 

Emile Mosseri pour “When You Finish Saving the World”  (Semaine de la Critique), la première réalisation de l’acteur Jesse Eisenberg.

Thomas Kuratli pour “Ashkal” (Quinzaine des réalisateurs), film criminel tunisien de Youssef Chebbi.

Robin Coudert pour le premier film de l’artiste libanais Ali Cherri, “Le Barrage” (Quinzaine des réalisateurs), un drame tourné au Soudan. 

Le chanteur portugais de Fado Paulo Bragança sur le film musical de Joao Pedro Rodrigues, “Feu follet” (Quinzaine des réalisateurs).

Sean O’Hagen signe la musique de “Funny Pages” (Quinzaine des réalisateurs), comédie de Owen Kline.

Danny Bensi & Saunder Jurriaans signent la musique de “God’s Creatures” (Quinzaine des réalisateurs), drame de Saela Davis & Anna Rose Holmer. 

Geoff Barrow & Ben Salisbury signent la musique du film d’horreur, “Eux” (Quinzaine des réalisateurs) de Alex Garland, qu’ils retrouvent après “Ex-Machina” (2015), “Annihilation” (2018)  et la série “Devs” (2020). 

Mike & Fabien Kourtzer pour “Un homme” (Quinzaine des réalisateurs), premier film colombien de Fabian Hernandez.

A Transient State (duo formé par le guitariste Jason Del Campo et le bassiste François Simitchiev) pour “Atlantic Bar” (ACID) , premier film de Fanny Molins.

Maxence Cyrin & Jako sur “Grand Paris” (ACID), premier film de Martin Jauvat. 

Felix Mikensky pour le documentaire suédois “How to save a dead friend” (ACID), premier film de Marusya Syroechkovskaya.

Clément Decaudin pour “Jacky Caillou” (ACID), premier film de Lucas Delangle.

Olivier Deparis pour “Yamabuki ” (ACID), drame japonais de Juichiro Yamasaki.

Kirill Serebrennikov retrouve la compétition de Cannes avec “Tchaikovsky’s Wife” pour un autre film musical après “Leto”. Il s’agit d’un biopic sur le compositeur Pyotr Tchaikovsky et sa relation tumultueuse avec sa femme Antonina Miliukova. Daniil Orlov en signe la musique originale. 

Baz Luhrmann réalise avec “Elvis” (Hors Compétition) un biopic sur Elvis Presley avec Austin Butler dans le rôle titre, et propose la musique à Elliott Wheeler

Moonage Daydream“, documentaire musical de Brett Morgen sur David Bowie, et plus particulièrement sa période Ziggy. 

Salam“, documentaire sur la chanteuse de rap Mélanie Georgiades, dite Diam’s, devant la caméra de Houda Benyamina (“Divine”) et Anne Cissé. Masta & Yoshio Masuda en signe la musique originale.

 

 

We want to say thanks to the author of this short article for this remarkable web content

Cannes 2022 : qui sont les compositeurs et compositrices au sein des sélections ?