En direct. Guerre en Ukraine : déjà 4,7 millions de réfugiés, 45 000 sont passés par la France

Les informations à retenir

  • Des explosions ont causé un incendie sur le croiseur russe Moskva, vaisseau amiral de la flotte russe en mer noire. L’Ukraine affirme avoir touché le navire de guerre avec des missiles. L’armée russe nie, affirme que les flammes se sont éteintes et qu’il n’a pas coulé.
  • Selon l’ONU, il y a désormais plus de 4,7 millions de réfugiés ukrainiens, soit 79 962 de plus que lors du pointage de la veille, mercredi. 45 000 sont passés par la France, 25 000 y sont encore hébergés.
  • Neuf couloirs humanitaires d’évacuation ont rouvert jeudi dans l’est de l’Ukraine, y compris à Marioupol, après une suspension mercredi pour cause de « dangers » sur les routes.
  • Moscou menace de frapper des « centres de commandement » à Kiev, ce que l’armée n’a pas fait jusqu’à présent.
  • Le pouvoir russe prévient : si la Finlande ou la Suède rejoignaient l’Otan, l’arsenal militaire pourrait être renforcé à la frontière, avec des armes nucléaires près de la Scandinavie.
  • Washington a annoncé une nouvelle aide militaire de 800 millions de dollars à l’Ukraine, avec l’envoi d’équipements lourds, ce que les Américains avaient refusé jusqu’à présent, afin de se pas apparaître comme co-bélligérants dans ce conflit.

18h32 : Londres sanctionne deux proches de Roman Abramovitch

Le Royaume-Uni a sanctionné jeudi deux oligarques présentés comme des proches du propriétaire du club de football de Chelsea Roman Abramovitch, Eugene Tenenbaum et David Davidovitch, dans le cadre des mesures britanniques prises en représailles à l’invasion russe en Ukraine, a annoncé le ministère des Affaires étrangères.

Tenenbaum et Davidovitch, respectivement de nationalités canadienne et russe, font tous deux l’objet d’un gel d’actifs, évalués à 10 milliards de livres sterling (12 milliards d’euros), présenté comme le plus important jamais imposé par le Royaume-Uni. Ces sanctions empêcheront que ces fonds ne soient rapatriés en Russie et ne financent la guerre en Ukraine, fait valoir la diplomatie britannique dans un communiqué.

Pierre Servent : la perte du Moskva « est un événement militaire majeur »

Comment le croiseur Moskva, vaisseau amiral de la marine russe en mer Noire, a-t-il été détruit ? Moscou déplore “une explosion”, Kiev revendique une frappe de missiles Neptune. “Un accident paraît très improbable”, estime Pierre Servent, expert en stratégie militaire.

Retrouvez son interview exclusive en cliquant ici.

17h51 : Un convoi de véhicules et de matériels de secours partira de France vendredi matin

Un convoi de 40 véhicules chargés de 50 tonnes de matériel de secours partira vendredi matin de France pour la frontière entre la Roumanie et l’Ukraine où ces équipements seront remis aux sauveteurs ukrainiens, a annoncé jeudi la Sécurité civile française.

Cent sapeurs-pompiers achemineront 12 véhicules incendie et 12 véhicules de secours à la personne, a détaillé le porte-parole de la Sécurité civile, le commandant Alexandre Jouassard, lors d’un point-presse sur la plateforme logistique de l’aéroport de Roissy-Charles de Gaulle d’où partira le convoi.

Près de 50 tonnes de matériel, notamment des outils pour localiser les victimes dans les décombres, des coussins de levage ou du matériel de lutte contre les feux d’hydrocarbures, seront remis à la sécurité civile ukrainienne.

17h46 : Le Parlement ukrainien qualifie de « génocide » les agissements de l’armée russe en Ukraine

Le Parlement ukrainien a voté jeudi une résolution qualifiant de « génocide » les agissements de l’armée russe en Ukraine, selon sa chaîne Telegram.

« Les agissements de la Russie visent à anéantir de façon systématique et cohérente le peuple ukrainien, à le priver du droit à l’autodétermination et à un développement indépendant », souligne le texte voté par une majorité de 363 voix.

17h41 : Le Canada va envoyer des militaires en Pologne pour aider les réfugiés ukrainiens

Le Canada a annoncé jeudi l’envoi d’une centaine de militaires pour aider les réfugiés ukrainiens en Pologne, pays qui a accueilli à bras ouverts plus de 2,3 millions de personnes ayant fui l’invasion russe.

« Pour aider à faire face à la crise à la frontière entre la Pologne et l’Ukraine, j’annonce aujourd’hui le déploiement de 100 membres des Forces armées canadiennes (FAC) qui pourrait être augmenté jusqu’à 150 membres », a déclaré la ministre de la Défense Anita Anand. Ils iront « assister la Pologne dans ses efforts de soutien envers les Ukrainiens qui fuient la violence », a-t-elle dit, lors d’un déplacement à la base militaire de Trenton en Ontario.

Qui est « le boucher de Syrie », nouveau commandant des forces russes ?

Le général Alexandre Dvornikov est connu pour avoir usé de tactiques sanguinaires lors de l’intervention russe en Syrie pour soutenir le régime de Bachar al-Assad. Sa nomination à la tête des opérations en Ukraine laisse craindre de nouvelles exactions à l’égard des civils dans le pays.

Tous les détails à lire ici dans notre article.

17h28 : L’Ukraine dément avoir bombardé des villages frontaliers russes

L’Ukraine a rejeté jeudi les affirmations de Moscou selon lesquelles elle aurait bombardé des villages russes frontaliers, accusant au contraire la Russie de planifier des « attaques terroristes » dans la région frontalière pour alimenter « l’hystérie anti-ukrainienne » en Russie.

17h22 : 45 000 réfugiés fuyant l’Ukraine sont passés par la France, qui en héberge 25 000

Plus de 45 000 personnes fuyant la guerre en Ukraine sont passées par la France, qui a délivré près de 40 000 autorisations provisoires de séjour, a indiqué jeudi le ministère de l’Intérieur.

« 45 370 personnes venant d’Ukraine ont été recensées par la police aux frontières (PAF), dont 637 ressortissants de pays tiers » à la date de mercredi soir, ont souligné les services de la ministre déléguée à la Citoyenneté, Marlène Schiappa. Depuis les premières arrivées de déplacés fuyant le conflit – qui a démarré le 24 février -, le gouvernement français se fonde sur ce nombre de personnes contrôlées par la PAF à leur arrivée sur le territoire

A ce jour, 25 881 personnes sont hébergées en France. Par ailleurs, plus de 39 000 de ces exilés ont déjà accès aux soins et 10 817 enfants sont scolarisés, « dont 59% en école maternelle et élémentaire ».

17h19 : L’Ukraine inquiète de potentielles adoptions illégales d’enfants ukrainiens en Russie

Le ministère des affaires étrangères ukrainien a dit dans un communiqué son inquiétude de voir des enfants ukrainiens, notamment des enfants rendus orphelins par la guerre, emmenés en Russie et adoptés illégalement par des familles russes.

« En violation du droit humanitaire international et des normes fondamentales de l’humanité, la Russie se livre à un enlèvement d’enfants organisé par l’État et à la destruction de l’avenir de la nation ukrainienne », explique le ministère dans le communiqué adressé notamment à la Croix-Rouge, à l’Unicef et au Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés.

16h55 : La guerre en Ukraine et l’inflation compromettent la reprise mondiale, selon le FMI

Pas de récession mondiale mais une croissance qui s’essouffle durablement : la guerre en Ukraine a aggravé l’inflation, compromettant la reprise dans le monde non seulement cette année mais encore en 2023, a prévenu jeudi Kristalina Georgieva, la directrice générale du FMI, qui s’inquiète de la « fragmentation » du monde.

En janvier, avant même l’invasion de l’Ukraine par la Russie, le Fonds monétaire international avait déjà abaissé ses prévisions de croissance mondiale pour cette année, à 4,4%, en raison du variant Omicron. Il avait en revanche révisé en hausse ses projections pour l’année prochaine.

Le conflit en Ukraine a changé la donne. « Pour dire les choses simplement : nous sommes confrontés à une crise se rajoutant à une crise », a déclaré Kristalina Georgieva. « C’est une évidence mais la cause profonde de ce à quoi nous sommes confrontés aujourd’hui est la guerre », a-t-elle ensuite insisté. Elle n’a pas dévoilé les projections de croissance qui seront publiées mardi prochain, indiquant simplement que « l’économie de la plupart des pays restera en territoire positif ». En d’autres termes, les économistes du FMI n’anticipent pas de récession pour le moment.

16h17 : La demi-finale de barrages Ecosse-Ukraine pour le Mondial-2022 reprogrammée le 1er juin

La demi-finale de barrages du Mondial-2022 Ecosse-Ukraine, reportée en mars en raison de l’offensive russe, a été reprogrammée au 1er juin et son vainqueur affrontera le pays de Galles le 5 juin pour une place au Qatar, a annoncé jeudi la Fifa.

La rencontre Ecosse-Ukraine aurait dû avoir lieu à Hampden Park le 24 mars mais avait été reportée avec le soutien de la fédération écossaise, alors que la plupart des internationaux ukrainiens étaient profondément affectés par l’invasion russe en Ukraine commencée en février.

« Navire russe, va te faire… » : la poste ukrainienne lance un timbre de résistance

Ce timbre à la gloire des soldats ukrainiens a été tiré à un million d’exemplaires. Il s’inspire d’un épisode survenu au tout début de la guerre.

Tous les détails à lire ici dans notre article.

15h23 : La Russie accuse l’Ukraine de bombardements, évacue deux villages frontaliers

La Russie a accusé l’Ukraine d’avoir bombardé deux villages russes frontaliers, dont un avec des hélicoptères, des affirmations invérifiables qui font craindre une nouvelle escalade du conflit.

Le Comité d’enquête russe, chargé des principales investigations, a déclaré que deux hélicoptères ukrainiens « équipés d’armes lourdes » étaient entrés en Russie et avaient procédé à « au moins six frappes sur des immeubles d’habitation dans le village de Klimovo », dans la région de Briansk. Sept personnes, dont un bébé, ont été blessées « à des degrés divers », a dit la même source.

Par la suite, le gouverneur de la région de Belgorod, elle aussi limitrophe de l’Ukraine, a également accusé les forces ukrainiennes d’avoir bombardé un village, celui de Spodariouchino. Aucun blessé ni dégât matériel n’était à déplorer, mais les autorités ont tout de même évacué Spodariouchino et le village de Beziméno, a déclaré le gouverneur, Viatcheslav Gladkov, sur sa chaîne Telegram.

Il n’était pas possible de vérifier le bien-fondé de ces accusations de manière indépendante. La Russie a plusieurs fois accusé les forces de Kiev d’avoir procédé à des attaques sur son sol.

15h05 : La guerre en Ukraine « affecte sévèrement l’économie de la zone euro »

La guerre en Ukraine a des répercussions « sévères » sur l’économie de la zone euro, a déclaré jeudi Christine Lagarde, alors que la flambée de l’énergie, les chaînes d’approvisionnement perturbées et le recul de la confiance assombrissent les perspectives.

« La guerre en Ukraine affecte sévèrement l’économie de la zone euro et a considérablement accru l’incertitude », a déclaré la présidente de la Banque centrale européenne, lors d’une conférence de presse virtuelle. « L’impact de la guerre sur l’économie dépendra de l’évolution du conflit, de l’effet des sanctions actuelles et d’éventuelles mesures supplémentaires ».

14h59 : Les sanctions « majeures » ont désormais été prises, selon Washington

Les Etats-Unis estiment avoir désormais pris « les sanctions majeures » contre la Russie et se concentrent sur leur exécution, notamment sur la lutte contre toute tentative d’« évasion », a assuré jeudi un haut conseiller du président Joe Biden.

« Nous pensons avoir pris les sanctions majeures, mais notre attention ces prochains jours se concentrera sur l’évasion », c’est-à-dire le risque que la Russie contourne les mesures imposées par les Etats-Unis, a dit le conseiller à la sécurité nationale Jake Sullivan lors d’un colloque.

« Nous aurons des annonces dans les deux prochaines semaines identifiant des cibles qui essaient de permettre cette évasion à la fois en Russie et au-delà », a-t-il déclaré.

« Bien sûr, il y a aussi la question de l’énergie en Europe et ceci est une conversation en cours » entre Occidentaux, a ajouté Jake Sullivan.

14h17 : Trente Ukrainiens libérés dans un nouvel échange de prisonniers avec la Russie

Selon les autorités ukrainiens, 30 Ukrainiens auraient été libérés dans un nouvel échange de prisonniers avec la Russie.

« Sur ordre du président Volodymyr Zelensky, un quatrième échange de prisonniers a eu lieu aujourd’hui. Cinq officiers et 17 militaires ont été échangés, ainsi que huit civils dont une femme », a écrit sur Telegram la vice-Première ministre ukrainienne, Iryna Verechtchouk.

14h10 : plus de 4,7 millions de réfugiés ukrainiens

Plus de 4,7 millions de réfugiés ukrainiens ont fui leur pays 50 jours après l’invasion ordonnée par le président russe Vladimir Poutine le 24 février, selon les chiffres du Haut Commissariat de l’ONU pour les réfugiés.

Le HCR recensait exactement 4 736 471 réfugiés jeudi. Ce sont 79 962 de plus que lors du précédent pointage mercredi.

Selon l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), environ 215 000 non-Ukrainiens ont aussi fui l’Ukraine, rencontrant parfois des difficultés à rentrer dans leur pays d’origine. L’OIM estime aussi à 7,1 millions le nombre de déplacés à l’intérieur du pays.

Au total, ce sont donc plus de 12 millions de personnes qui ont dû quitter leur foyer soit en traversant la frontière pour gagner les pays limitrophes, soit en trouvant refuge ailleurs en Ukraine.

14h08 : Vladimir Poutine accuse l’Europe de déstabiliser le marché de l’énergie

L’Europe déstabilise le marché de l’énergie en voulant se passer de la Russie, accuse Vladimir Poutine, lors d’une allocution jeudi midi. Dès lors, il veut réorienter les exportations énergétiques russes de l’Europe vers l’Asie.

14 heures : le bilan humain de l’attaque de la gare de Kramatorsk s’élève à 59 morts, dont 7 enfants

Selon le bureau du procureur général d’Ukraine, l’attaque aérienne de la gare de Kramatorsk a finalement fait 59 morts, dont 7 enfants. Deux enfants blessés le 8 avril dernier par la frappe russe sont récemment morts à l’hôpital, a indiqué le procureur, rapporte The Kyiv Independent.

13h50 : Un gouverneur russe accuse l’Ukraine d’avoir bombardé un village frontalier

Le gouverneur d’une région russe frontalière de l’Ukraine a accusé les forces de Kiev d’avoir bombardé jeudi un village russe, faisant état de blessés.

« Les forces armées ukrainiennes ont tiré sur le village de Klimovo. Deux immeubles d’habitation ont été endommagés par le bombardement et il y a des blessés parmi les habitants », a affirmé sur Telegram le gouverneur de la région de Briansk, Alexandre Bogomaz, ajoutant que des secouristes avaient été dépêchés sur les lieux.

13h40 : « Le mot de génocide a un sens, et doit être qualifié par des juristes et pas par des politiques », selon Macron

Emmanuel Macron a redit sur France Bleu jeudi sa détermination à ne pas surenchérir sur les mots, refusant de parler de « génocide » en Ukraine. « La France depuis le premier jour est aux côtés de l’Ukraine, est le pays qui a le plus aidé l’Ukraine », défend le chef de l’Etat candidat à sa réélection, qui a voulu s’expliquer sur les raisons pour lesquelles il ne souhaite par suivre Joe Biden sur ce terrain. « L’escalade verbale ne va pas aider l’Ukraine »

Je n’ai cessé, plusieurs fois par semaine, de parler et au président Zelensky et au président Poutine. Les mots ont un sens. Mon rôle est d’essayer de bâtir la paix, et d’éviter à tout prix l’escalade. Le mot de génocide a un sens, et doit être qualifié par des juristes et pas par des politiques.

Ce contenu est bloqué car vous n’avez pas accepté les traceurs.

En cliquant sur « J’accepte », les traceurs seront déposés et vous pourrez visualiser les contenus .

En cliquant sur « J’accepte tous les traceurs », vous autorisez des dépôts de traceurs pour le stockage de vos données sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Vous gardez la possibilité de retirer votre consentement à tout moment.

Gérer mes choix



13h31 : Exilé, le cinéaste russe Kirill Serebrennikov concourt pour la Palme d’Or à Cannes

Le cinéaste russe Kirill Serebrennikov, exilé en Allemagne depuis l’invasion de l’Ukraine, pourrait trouver une tribune politique à l’occasion du Festival de Cannes, où il concourt pour la Palme d’or avec son film La Femme de Tchaïkovski. A 52 ans, le réalisateur et metteur en scène fera également l’ouverture du Festival d’Avignon 2022.

12h09 : Le croiseur russe Moskva n’a pas coulé et les explosions à bord ont cessé, selon Moscou

Le croiseur Moskva, navire amiral de la flotte russe de la mer Noire endommagé durant l’offensive contre Ukraine, n’a pas coulé et les explosions à bord ont cessé, a affirmé jeudi le ministère russe de la Défense. « Le foyer de l’incendie a été circonscrit, il n’y a pas de flammes. Les explosions de munitions ont cessé. Le croiseur Moskva garde sa flottabilité », a indiqué le ministère, qui dit enquêter sur les causes du sinistre, l’Ukraine ayant affirmé de son côté avoir attaqué le bâtiment.

11h59 : Moscou évoque des armes nucléaires près de la Scandinavie en cas d’élargissement de l’Otan

L’ex-président russe Dmitri Medvedev a affirmé jeudi que si la Finlande ou la Suède rejoignaient l’Otan, la Russie renforcerait ses moyens militaires, notamment nucléaires, en mer Baltique et près de la Scandinavie.

En cas d’adhésion, « les frontières de l’Alliance avec la Russie feraient plus que doubler. Et ces frontières, il faudra les défendre », a relevé l’actuel numéro deux du Conseil de sécurité de Russie dans un message sur Telegram.

Evoquant les populations finlandaises et suédoises, il a estimé que « personne de sain d’esprit (…) ne peut souhaiter une hausse des tensions à sa frontière et avoir à côté de sa maison des (missiles) Iskander, (des missiles) hypersoniques et des navires avec des armes nucléaires ».

11h40 : Les bombardements continuent à Kharkiv

Selon une vidéo relayée par l’ambassadeur ukrainien en Autriche, des frappes russes ont visé le parc Maxime Gorky, au nord du pays, et notamment des carrousels et manèges dans un parc d’attraction pour enfants.

Quatre personnes auraient été tuées et dix blessées ces dernières 24 heures, selon le gouverneur de l’oblast de Kharkiv, Oleh Synehubov. Il a exhorté les résidents de Lozova et Barvinkove à évacuer car les hostilités pourraient augmenter dans ces zones.







Croiseur Moskva détruit : pourquoi c’est un coup très rude pour Moscou

Mercredi soir, le croiseur russe Moskva a été “gravement endommagé” après une explosion qui a déclenché un incendie dans une réserve de munitions. L’Ukraine, quant à elle, affirme l’avoir volontairement détruit grâce à des missiles Neptune. Qu’en est-il et quelles sont les possibles conséquences  ? On fait le point dans cet article.

10h48 : Le chef de la diplomatie irlandaise attendu à Kiev

Le chef de la diplomatie irlandaise, Simon Coveney, se rend à Kiev jeudi. C’est la première visite d’un ministre des affaires étrangères d’un pays membre non permanent du Conseil de sécurité de l’ONU depuis le début de la guerre en Ukraine. M. Coveney, qui est également ministre de la défense, rencontrera ses deux homologues, le ministre ukrainien des affaires étrangères, Dmytro Kuleba, et celui de la défense, Oleksii Reznikov, et visitera des zones directement touchées par l’invasion russe. « Ces discussions avec le gouvernement ukrainien porteront sur la manière dont l’Irlande peut continuer à fournir un soutien politique, sécuritaire et humanitaire à l’Ukraine », ont précisé ses services.

Il est question notamment d’« aider » l’Ukraine dans ses démarches pour tenter d’adhérer à l’Union européenne, de « mener à bien les sanctions de l’UE contre la Russie et de tenir la Russie responsable de son invasion brutale et injustifiée ».

10h05 : Les Ukrainiens font sauter un pont à Izyum pour stopper l’armée russe

Les forces armées ukrainiennes annoncent avoir fait sauter un pont menant à Izyum alors qu’un convoi russe commençait à l’emprunter. « Une voiture blindée Tiger, un camion Kamaz et trois Oural, se dirigeant vers Izyum pour renforcer le groupe ennemi » avaient repéré dans la région de Kharkiv. « Toute la colonne ennemie a été détruite », selon les Ukrainiens.

Ce contenu est bloqué car vous n’avez pas accepté les traceurs.

En cliquant sur « J’accepte », les traceurs seront déposés et vous pourrez visualiser les contenus .

En cliquant sur « J’accepte tous les traceurs », vous autorisez des dépôts de traceurs pour le stockage de vos données sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Vous gardez la possibilité de retirer votre consentement à tout moment.

Gérer mes choix



9h19  : Le superyacht d’un proche de Poutine saisi aux îles Fidji

Le superyacht Amadea, qui est entré mardi sans autorisation douanière, au port de Lautoka, aux îles Fidji, a été saisi mercredi par la police, selon les médias locaux. L’Amadea appartiendrait au milliardaire russe Suleyman Kerimov, considéré comme l’homme le plus riche de Russie et très proche de Vladimir Poutine. L’oligarque a été sanctionné par les États-Unis, la Grande-Bretagne et l’Union européenne.

Ce contenu est bloqué car vous n’avez pas accepté les traceurs.

En cliquant sur « J’accepte », les traceurs seront déposés et vous pourrez visualiser les contenus .

En cliquant sur « J’accepte tous les traceurs », vous autorisez des dépôts de traceurs pour le stockage de vos données sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Vous gardez la possibilité de retirer votre consentement à tout moment.

Gérer mes choix



Qui est Jacques Langlade de Montgros, nouveau patron du renseignement militaire français ?

Le général Jacques Langlade de Montgros a été nommé à la tête du renseignement militaire français après l’éviction d’un précédent directeur à qui on a notamment reproché les insuffisances de ses services sur l’invasion russe en Ukraine. On fait le point sur son parcours dans cet article.

8h45 : Réouverture de couloirs humanitaires d’évacuation après une suspension

L’Ukraine a annoncé jeudi une reprise des évacuations de civils via neuf couloirs humanitaires, notamment depuis la ville assiégée de Marioupol dans le sud-est du pays, après une journée de suspension due selon Kiev à des violations russes du cessez-le-feu. « Neufs couloirs humanitaires sont prévus aujourd’hui », a déclaré la vice-Première ministre ukrainienne Iryna Verechtchouk sur Telegram.

8h26 : L’Australie renforce ses sanctions contre la Russie après une nouvelle salve britannique mercredi

Quatorze entreprises publiques russes sont visées par des sanctions prononcées jeudi par l’Australie, afin de réduire la capacité de la Russie à « continuer à financer la guerre de Poutine », selon le communiqué de la ministre des Affaires étrangères, Marise Payne. « Le gouvernement australien réitère son soutien indéfectible à la souveraineté et à l’intégrité territoriale de l’Ukraine, ainsi qu’au peuple ukrainien. Nous demandons à nouveau à la Russie de retirer immédiatement ses forces militaires d’Ukraine », écrit-elle.

Le Royaume-Uni a annoncé jeudi élargir la liste de personnes sanctionnées pour y intégrer 178 séparatistes prorusses, de nouveaux oligarques russes et leurs proches, ainsi que la femme du chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov. Les autorités de Jersey, dépendance de la couronne britannique, ont annoncé le gel « d’actifs estimés à plus de 7 milliards de dollars soupçonnés d’être liés » à l’oligarque russe Roman Abramovitch.

Moscou a annoncé de son côté sanctionner 398 parlementaires américains par mesure de représailles.

7h50  : Des « crimes de guerre » en Ukraine, affirme Marine Le Pen

Invitée des 4 Vérités sur France 2, jeudi matin, Marine Le Pen a parlé de « crimes de guerre » en Ukraine. « Je considère que ce sont des crimes de guerre à partir du moment où des civils sont ainsi assassinés.J’avais demandé immédiatement une enquête de l’ONU sur les responsables de ces horreurs », a-t-elle lancé. « Je pense que ceux qui sont coupables de ça doivent être écartés du Conseil des Nations. »

La candidate à la présidentielle est revenue sur « la nécessité, dans l’avenir, d’essayer de faire en sorte que l’Otan reprenne contact avec la Russie lorsqu’un traité de paix aura été trouvé ».

1 932 civils tués

Plus d’un mois et demi après le début de l’invasion de l’Ukraine par les Russes le 24 février, le bilan humain est difficile à établir. Mais selon le Haut-Commissariat des Nations unies pour les droits humains, au moins 1 932 civils sont morts depuis le début de la guerre, dont environ 500 hommes, 300 femmes, et 85 enfants. Le rapport compte 2 589 blessés.

7h08 : Des accusations de génocide « inacceptables » pour le Kremlin

Le Kremlin a jugé mercredi « inacceptable » que le président américain Joe Biden accuse son homologue russe Vladimir Poutine de « génocide » en Ukraine. « Notre désaccord est catégorique et nous considérons que de telles tentatives de déformer la réalité sont inacceptables, d’autant plus qu’elles viennent du président des Etats-Unis, pays dont les agissements dans l’histoire récente sont bien connus », a commenté Dmitri Peskov, porte-parole du Kremlin.

Le Premier ministre canadien Justin Trudeau a lui aussi évoqué mercredi un « génocide » en Ukraine. Emmanuel Macron a lui refusé de dénoncer un « génocide » en Ukraine par l’armée russe. Une position jugée « très blessants » par Volodymyr Zelensky.

6h35 : Washington promet une nouvelle aide militaire massive à l’Ukraine

Le président américain a annoncé mercredi une nouvelle aide militaire de 800 millions de dollars à l’Ukraine, notamment des équipements lourds. Selon le porte-parole du Pentagone, il s’agit notamment de pièces d’artillerie de dernière génération utilisées encore récemment par l’armée américaine en Afghanistan. La liste des équipements comprend 40 000 obus, 10 radars anti-artillerie mobiles, deux radars anti-aériens, 300 drones « kamikazes », 500 missiles et « des milliers d’autres systèmes antichars », auxquels s’ajoutent 200 véhicules blindés de transport de troupes et 100 blindés légers.

6h18 : Crispation entre Kiev et Berlin, Olaf Scholz ne se rend pas en Ukraine

Le chancelier allemand Olaf Scholz a fait savoir mercredi ne pas envisager à ce stade d’aller à Kiev comme le lui demande le président ukrainien.

Cette invitation intervient sur fond de crispations entre l’Allemagne et l’Ukraine, après le refus mardi de Volodymyr Zelensky de recevoir le président allemand Frank-Walter Steinmeier, critiqué pour sa diplomatie de rapprochement avec la Russie lorsqu’il était ministre d’Angela Merkel. Kiev n’a pas reçu de demande « officielle » de la part de Berlin concernant une visite de M. Steinmeier, a fait savoir plus tard M. Zelensky.

A la question posée par la radio publique RBB de savoir s’il se rendrait sur place, le chancelier allemand s’est contenté de réitérer qu’il était en contact régulier avec le chef de l’État ukrainien et qu’il était par ailleurs allé à Kiev peu avant le déclenchement de l’invasion russe le 24 février, suggérant qu’une visite n’était pas à l’ordre du jour.

6h09 : L’Ukraine, « une scène de crime » pour la Cour pénale internationale

Le procureur de la Cour pénale internationale, le Britannique Karim Khan, a qualifié mercredi l’Ukraine de « scène de crime », lors d’une visite à Boutcha, près de Kiev.

« L’Ukraine est une scène de crime. Nous sommes ici parce que nous avons de bonnes raisons de penser que des crimes relevant de la compétence de la Cour sont commis », a-t-il déclaré lors d’une visite de cette ville où des centaines de civils, selon les autorités ukrainiennes, ont été retrouvés morts après l’occupation russe.

Le président polonais Andrzej Duda, en visite à Kiev, a estimé mercredi que la Russie ne menait pas une simple guerre en Ukraine mais était coupable de « terrorisme » et de « cruauté ».

5h50 : Le croiseur russe Moskva « gravement endommagé » après des tirs de missiles, selon les Ukrainiens

Le croiseur lance-missiles russe Moskva, vaisseau amiral de la flotte de la mer Noire, a été « gravement endommagé » par une explosion de munitions causée par un incendie, ont rapporté jeudi les agences d’Etat russes, citant le ministère de la Défense. Les autorités ukrainiennes ont affirmé mercredi soir que des tirs de missiles avaient provoqué l’incendie.  « Des missiles Neptune qui protègent la mer Noire ont causé d’importants dégâts à ce navire russe », a affirmé le gouverneur ukrainien de la région d’Odessa, Maxime Martchenko. « Il brûle avec intensité. Et avec cette mer agitée, il est impossible de savoir quand ils seront capables de recevoir de l’aide », a expliqué un conseiller du président ukrainien, Oleksiï Arestovitch.

Le Moskva a été mis en service du temps de l’Union soviétique en 1983 et a participé à l’intervention russe en Syrie à partir de 2015. Dans les premiers jours de l’invasion de l’Ukraine, il a pris part à une attaque contre l’île aux Serpents, près de la frontière roumaine, au cours de laquelle 19 marins ukrainiens ont été capturés pour être ensuite échangés contre des prisonniers russes.

C’est l’un des plus gros revers matériels subi par la Russie depuis le début de l’invasion de l’Ukraine.

Ce contenu est bloqué car vous n’avez pas accepté les traceurs.

En cliquant sur « J’accepte », les traceurs seront déposés et vous pourrez visualiser les contenus .

En cliquant sur « J’accepte tous les traceurs », vous autorisez des dépôts de traceurs pour le stockage de vos données sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Vous gardez la possibilité de retirer votre consentement à tout moment.

Gérer mes choix



Pour l’Otan, « la question d’accepter l’adhésion de la Finlande et de la Suède ne se pose même pas »

Avec l’offensive russe en Ukraine, la Suède et la Finlande, historiquement neutres, envisagent désormais de rejoindre l’Alliance Atlantique. Leur candidature pourrait arriver d’ici l’été, avant le sommet exceptionnel de l’Otan prévu le 20 et 30 juin à Madrid.

Tous les détails à lire ici dans notre article.

5h48 : Washington réaffirme que la Russie veut « détruire l’Ukraine et sa population civile »

La diplomatie américaine a justifié mercredi soir l’accusation de « génocide » portée mardi par Joe Biden contre la Russie, estimant que les forces russes voulaient « détruire l’Ukraine et sa population civile ».

« Je pense qu’une fois que nous aurons pu réunir toutes les preuves, nous allons finir par arriver à la même conclusion que le président Biden, car ce qui se passe sur le terrain n’est pas un accident », a déclaré sur la chaîne CNN la numéro trois de la diplomatie américaine, Victoria Nuland. « C’est une décision intentionnelle prise par la Russie et par ses forces de détruire l’Ukraine et sa population civile », a-t-elle ajouté.

Un « génocide » selon Biden, pas selon Macron : de quoi parle-t-on précisément ?

Le président américain a, par deux fois, dénoncé un “génocide” ukrainien par les Russes mardi soir. Interrogé sur la question, Emmanuel Macron a refusé cette qualification, disant vouloir “rester prudent avec les termes” tout en dénonçant des crimes de guerre. Autant de termes qui, en principe, répondent à une définition précise.

Décryptage ici dans notre article.

5h46 : Moscou menace de frapper des « centres de commandement » à Kiev

L’armée russe a menacé mercredi de frapper des centres de commandement dans la capitale ukrainienne Kiev, que Moscou a renoncé pour l’heure à prendre, accusant l’Ukraine de tirs et de sabotages sur le territoire russe.

« Nous voyons des tentatives de sabotage et de frappes des forces ukrainienne sur des cibles sur le territoire de la Fédération de Russie. Si de tels événements se poursuivent, des frappes seront menées par l’armée russe sur des centres de prise de décision, y compris à Kiev, ce que l’armée russe s’est retenue de faire jusqu’à présent », a déclaré Igor Konachenkov, le porte-parole du ministère russe de la Défense.



1649954359 379 En direct Guerre en Ukraine deja 47 millions de
Infographie Visactu

Ce qu’il faut retenir de la journée de mercredi

• La France a livré plus de 100 millions d’euros d’équipement militaire à l’Ukraine depuis le début du conflit.
• Le chef des séparatistes pro-russes de Lougansk, dans l’est de l’Ukraine, a affirmé que ses troupes contrôlaient désormais « 80 à 90% » de cette région ukrainienne.
• La Russie a annoncé que les convois d’armes des États-Unis et de l’OTAN étaient des « cibles militaires légitimes ».
• La Finlande prendra « d’ici quelques semaines » sa décision sur une possible candidature à l’Otan en conséquence de l’invasion de l’Ukraine par la Russie, a affirmé mercredi la Première ministre.
• Les Russes ont annoncé la reddition de 1 026 soldats ukrainiens à Marioupol, ce que le maire de la ville a démenti.
• Les corps de plus de 1500 soldats russes, que « personne ne veut récupérer », reposent à Dnipro, selon l’adjoint au maire de la ville.
• Joe Biden a accusé son homologue russe Vladimir Poutine de perpétrer un « génocide » en Ukraine, ce qu’Emmanuel Macron a refusé de faire ce mercredi. Le président ukrainien Zelensky a jugé ce refus « très blessant ». Dans le même temps, le procureur de la CPI a estimé que l’Ukraine était devenue une « scène de crime ».

5h45 : Bonjour à tous, bienvenue dans ce direct où nous allons suivre la situation autour du conflit en Ukraine, ce jeudi 14 avril, au 50e jour de l’invasion russe.

We wish to give thanks to the writer of this article for this incredible material

En direct. Guerre en Ukraine : déjà 4,7 millions de réfugiés, 45 000 sont passés par la France