L’artiste britannique David Bellamy publie un livre sur les paysages du Moyen-Orient

MÉDINE: Plus de 200 éditeurs et autres organisations participent au premier salon du livre de Médine, qui a commencé jeudi, au Centre d’expositions et de conférences du roi Salmane ben Abdelaziz.

Lors de la cérémonie d’ouverture, Mohammed Hassan Alwan, PDG de l’institution organisatrice de l’événement, la Commission de la littérature, de l’édition et de la traduction, a détaillé les objectifs de ce premier salon du livre. «La Commission cherche à remplir sa mission dans le secteur des salons du livre en se basant sur les partenariats et l’intégration. Nous désirons offrir aux habitants de la ville un renouveau de la scène culturelle, et au secteur de l’édition des salons du livre permettant un développement culturel et économique.»

«Nous tenons à ce que le salon du livre de la ville soit une exposition annuelle qui occupe une position particulière dans l’ensemble des salons du livre arabes», a-t-il ajouté. Cet événement de dix jours, organisé sous le patronage du gouverneur de Médine, le prince Faisal ben Salmane ben Abdelaziz, se poursuivra jusqu’au 25 juin. Il comprend des ateliers, des programmes culturels et théâtraux, ainsi que des événements adressés aux enfants, ouvrant une porte sur la création de la littérature et du secteur de l’édition.

Plus de 200 éditeurs et organisations participent au salon du livre qui s’étendra sur dix jours. (Twitter: @SaudiBookFair)

Les organisateurs ont indiqué que l’événement visait à améliorer le statut culturel de Médine, à stimuler le secteur saoudien de l’édition, à encourager les échanges culturels entre les pays, à offrir aux lecteurs un parcours culturel particulier, et enfin à mettre en évidence le rôle de la lecture dans la sensibilisation et l’amélioration de la qualité de vie.

Dans un message posté le 6 juin sur Twitter, le compte officiel de Saudi Book Fairs s’est félicité du lancement du salon. «Au cœur de Médine, les activités du programme culturel de #Madinah_Book_Fair_2022 débutent pour offrir un ample choix de connaissances qui promet aux visiteurs de vivre un évènement culturel différent.»           

Onze pays participent à ce salon: dix pays arabes – le Koweït, l’Irak, la Tunisie, l’Algérie, les Émirats arabes unis, Oman, la Mauritanie, la Jordanie, l’Égypte et le Soudan – ainsi que le Royaume-Uni.

Parmi plus de 200 éditeurs et organisations qui y participent, plus de 80 sont issus du Royaume, notamment des universités, des centres de recherche, des fondations, des commissions, des librairies et des bibliothèques. L’événement a attiré des foules immenses dès le premier jour.

image 4

«Je suis venu aujourd’hui avec deux valises pour les remplir d’une sélection de livres que je suis venu choisir au salon», confie à Arab News Amir Alsaiegh, professeur de littérature de 46 ans et grand bibliophile. «J’ai une longue liste pour aujourd’hui, et je me réjouis du grand nombre de maisons d’édition présentes à ce salon, qui a dépassé mes attentes.»

Ibtihal al-Jabri, 17 ans, a visité le salon avec ses trois sœurs qui, comme elle, sont toutes des passionnées de lecture. «J’ai vraiment été très enthousiasmée par l’ouverture du salon du livre quand il a été annoncé il y a deux semaines», affirme-t-elle. 

Sa sœur Nouf, 22 ans, a ajouté: «Cet événement est le premier du genre à Médine. Je l’attendais depuis tant d’années. J’en suis émerveillée et je suis prête à venir ici tous les jours.»

Le salon propose diverses offres séduisantes en arabe et en anglais pour les enfants, notamment des spectacles de théâtre et éducatifs, ainsi que des ateliers sur des sujets divers: les contes, l’artisanat, le dessin, l’écriture, la lecture participative, les arts du patrimoine, la calligraphie arabe et la philosophie.

«J’adore lire. Je suis venue aujourd’hui avec mes parents parce qu’ils aiment lire, comme moi», raconte Samia al-Nahdi, 6 ans.

Le salon du livre de Médine fait partie des Initiatives des salons du livre, lancées par la Commission de la littérature, de l’édition et de la traduction, qui vise à organiser des salons dans tout le Royaume pour donner aux lecteurs saoudiens l’occasion de découvrir des œuvres publiées par des éditeurs locaux, arabes, et internationaux, et de mieux connaître les derniers développements du secteur de l’édition.

image 4
Plus de 200 éditeurs et organisations participent au salon du livre qui s’étendra sur dix jours. (Twitter: @SaudiBookFair)

Pour accompagner le lancement du salon, deux autres événements ont eu lieu jeudi. Le premier a été l’ouverture d’un nouveau musée au King Abdul Aziz Complex pour les bibliothèques du Waqf, qui a été inauguré par le prince Faisal.

Fahad al-Wahbi, secrétaire général de l’organisation, précise à Arab News que «ce musée vise à dévoiler d’importants objets de collections archéologiques et historiques: des manuscrits anciens – dont certains remontent à des milliers d’années –, de rares Corans précieux qui représentent différentes périodes historiques et des objets de collection de la mosquée du prophète».

L’autre événement concernait la Charte du roi Salmane pour l’architecture et l’urbanisme, une organisation célébrant l’essence de l’architecture «salmani» et qui a organisé une exposition à Riyad, à Djeddah, Abha et Dhahran,  qui se trouve désormais à Médine.

«Nous l’avons également organisée à l’Expo Dubaï 2021, et nous allons le faire au niveau international car il s’agit d’une méthodologie internationale qui peut s’appliquer partout», souligne à Arab News Soumaya al-Soulaimane, PDG de la Commission d’architecture et de design du ministère de la Culture. 

«C’est l’une des 33 initiatives de la Commission d’architecture et de design. C’est l’une des premières et des plus importantes, compte tenu de l’impact auquel nous nous attendons.»

Elle ajoute que l’exposition visait à refléter que «l’expérience que nous avons eue dans la ville de Riyad, grâce au patronage du roi Salmane, a été si importante qu’elle a favorisé un développement de l’identité dans la capitale, à travers les nombreux projets qui ont émergé». 

«D’un point de vue architectural, la Charte présente un chef-d’œuvre qui a acquis une reconnaissance internationale. Il y a six valeurs dans la Charte qui sont des principes directeurs, notamment la continuité et l’authenticité, l’individu et la communauté, les dernières valeurs étant liées à l’innovation et au développement durable», conclut-elle. 

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 

We would like to thank the author of this article for this awesome content

L’artiste britannique David Bellamy publie un livre sur les paysages du Moyen-Orient