Des lauréats du prix Nobel de la paix saluent les efforts déployés par l’Arabie saoudite pour sauver des «trésors culturels»

TUNIS: Un enjeu de peuplement, dont la mise en oeuvre s’est faite au prix de massacres, était au coeur de la conquête française au 19ème siècle de l’Algérie, qui célèbre mardi son 60ème anniversaire d’indépendance, selon des historiens.

En particulier, les 70 premières années qui suivirent le débarquement en 1830 des troupes françaises en Algérie furent marquées par des tueries massives, dont les sinistres “enfumades”, et par le déplacement forcé de centaines de milliers d’autochtones.

“Au départ, ce fut une logique de remplacement nommée alors +refoulement des Arabes+, puis une logique d’exploitation et de spoliation des terres”, explique Olivier Le Cour Grandmaison, spécialiste français de l’histoire coloniale.

“Il s’agissait d’une politique de remplacement d’un peuple par un autre”, abonde son confrère algérien Hosni Kitouni, chercheur à l’université britannique d’Exeter. “Ce fut fondamentalement une politique de remplacement. Une politique de peuplement”.

S’il ne rejette pas la terminologie de “colonie de peuplement”, l’historien français Benjamin Stora exclut l’idée d’une stratégie délibérée: “il n’y avait pas de pensée élaborée de substitution de la population”, “ce n’était pas une politique de remplacement”.

C’était plutôt “semblable à la politique expérimentée dans l’ouest américain. On installe des colons pour prendre le pays. Il n’y a pas de stratégie. C’est une colonie de peuplement progressive, par addition de populations arrivant dans le désordre”, dit-il.

«Enfumades»

“La conquête de l’Algérie a été terrible. Elle s’est faite dans la violence”, confirme M. Stora. En Algérie, “l’armée d’Afrique reprend (la technique) des +colonnes infernales+ utilisées contre les Vendéens, au début de la Révolution française… On massacre des populations et on les déplace”.

C’est le cas à Blida, près d’Alger, où en novembre 1830, “plus de six cents femmes, enfants, vieillards sont passés par les armes”, rappelle l’historien Kitouni.

A partir de 1840, alors que la France affronte une grave crise économique, “le gouvernement opte pour la colonisation totale de l’Algérie et son peuplement par le +surplus de population française+”, explique-t-il.

Selon M. Kitouni, entre 1830 et 1930, l’administration coloniale s’empare de 14 millions d’hectares dont une partie sont cédés gracieusement à des migrants européens, qui passeront de 7 000 en 1836 à 881 000 en 1931.

Ce qui a été appelé “+pacification+ de l’Algérie débute véritablement avec la nomination du général Bugeaud au poste de gouverneur général en 1840”, précise M. Grandmaison.

C’est une période de “guerre totale”, dit l’historien, où disparaît “la distinction entre civils et militaires et entre champs de bataille et sanctuaires”, profanés même lorsque s’y réfugient des civils.

Les troupes coloniales inventent “l’enfumade”. Deux ont été particulièrement documentées par les historiens: celle des Sbéhas (11 juin 1844) et celle du Dahra (18 juin 1845) avec l’extermination de tribus entières réfugiées dans des grottes et asphyxiées par des feux allumés sur ordre de généraux français, raconte Mansour Kedidir, du Centre de recherche Crasc d’Oran.

Ces épisodes relèvent du “terrorisme d’Etat: l’objectif était de massacrer pour faire un exemple et mieux soumettre les +indigènes+”, explique M. Grandmaison, dénonçant “un crime contre l’humanité”.

Aux enfumades, s’ajoutent, note-t-il, “la destruction de dizaines de villages et la déportation de milliers de civils”, sans leur cheptel, vers des terres moins fertiles, entraînant famines et épidémies qui déciment ces populations.

«Dépossession identitaire»

Pour M. Kedidir, il y a eu dans la phase initiale de conquête, “une intention délibérée d’éradication, du moins de réduire la population (locale) pour qu’elle ne puisse plus présenter un danger pour l’armée d’occupation”.

En 1880, le démographe français René Ricoux calculait que “la population +indigène+ a baissé d’environ 875 000 personnes entre 1830 et 1872”.

Malgré cela, le nombre d’Algériens recommencera ensuite à progresser, parvenant même à doubler entre 1906 et 1948 pour atteindre 9 millions d’habitants.

Le président algérien Abdelmadjid Tebboune a évoqué en octobre 2021 un bilan de “5,630 millions de morts algériens entre 1830 et 1962”, soit une majorité de victimes pendant la conquête puisque la guerre d’indépendance aurait fait 3 à 400 000 morts algériens, selon les historiens français et 1,5 million selon les Algériens.

Au-delà de chiffres qui font encore l’objet de débats, “le plus important dans la conquête coloniale, c’était la dépossession identitaire”, estime M. Stora.

“Quand on prenait la terre de quelqu’un, on lui faisait perdre son nom qui était lié à la terre”, dit-il.

We would like to give thanks to the author of this write-up for this amazing content

Des lauréats du prix Nobel de la paix saluent les efforts déployés par l’Arabie saoudite pour sauver des «trésors culturels»